USS Cole: la défense du principal suspect dénonce la censure

0
Le camp de détention Delta de Guantanamo Bay (Photo: US Department of Defense)
Le camp de détention Delta de Guantanamo Bay (Photo: US Department of Defense)

La défense du Saoudien Abd al-Rahim al-Nachiri, principal suspect dans l’attentat contre le navire américain USS Cole en 2000 au Yémen, qui avait fait 17 morts, a soulevé la question du contrôle et de la censure par les autorités fédérales.

Considéré comme un proche d’Oussama ben Laden, Abd-al-Rahim Nachiri est notamment poursuivi pour être le cerveau derrière l’attentat.

Le 12 octobre 2000, alors que le USS Cole était amarré à Amen (Yemen), le navire fut frappé par une embarcation piégée. Éventré, le navire resta toutefois à flots, mais 17 marins perdirent la vie et 39 autres furent blessés.

Censure

Dans un document publié sur le site internet des tribunaux militaires d’exception, les avocats d’al-Nachiri ont demandé au juge James Pohl de «suspendre les procédures afin de résoudre la question de la surveillance par une tierce partie des communications de la défense et de la censure des audiences de la commission».

Il a cependant rejeté la requête, après s’être assuré que l’interrupteur permettant de censurer les audiences de l’extérieur de la salle du tribunal avait bien été déconnecté, comme il l’avait demandé.

À Guantanamo, les débats sont diffusés avec un différé de 40 secondes dans la salle où se massent journalistes, familles des victimes et organisations des droits de l’homme. Ce différé permet à un officier de sécurité de censurer les échanges susceptibles d’être classifiés.

Une réunion entre la défense, l’accusation et les autorités de la prison a été fixée pour régler la question de savoir si, oui ou non, les conversations entre les avocats et leur client sont écoutées dans la salle du tribunal, même quand les micros sont éteints, et pendant les visites en prison.

560 000 $

Dans un communiqué du général Mark Martins, procureur de Guantanamo, on apprend que les frais de défense du principal suspect de l’attentat ont coûté pour l’instant plus de 560 000 $, soit près du double du montant octroyé à une affaire du même type devant un tribunal fédéral.

Le général affirme ainsi que ce sont environ 292 000 $ qui étaient dépensés en moyenne dans une affaire de peine capitale entre 1998 et 2004, ce qui est à peine plus de la moitié du budget attribué jusqu’en 2012 à la défense de M. Nachiri.

À la demande du gouvernement, le juge Pohl a accepté que soit conduit un examen indépendant de la santé mentale d’Abd-al-Rahim Nachiri, dont la défense affirme qu’il souffre d’un trouble post-traumatique dû aux séances de simulation de noyade subies lors de sa détention.

À lire aussi:

Attentat du USS Cole, l’accusé dénonce les conditions à Guantanamo >>

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d’exercices ou d’opérations, au plus près de l’action.
#OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.