Affaire Gbagbo: «Qui tente de s’emparer du pouvoir? Les rebelles»

0
La Cour Pénale Internationale doit rendre son verdict à la fin du mois sur l'ouverture, ou non, d'un procès de Laurent Gbagbo (Photo: Europalestine)
La Cour Pénale Internationale doit rendre son verdict à la fin du mois de mai sur l’ouverture, ou non, d’un procès de Laurent Gbagbo (Photo: Europalestine)

Quelques jours après la fin de l’audience de confirmation des charges contre Laurent Gbagbo, la défense de l’ancien président ivoirien maintient le cap. Alors qu’il doit rendre ses conclusions à la fin du mois, l’avocat de Laurent Gbagbo, Emmanuel Altit, décrit sa réalité des évènements.

Dans une entrevue accordée à l’hebdomadaire français Le Point, Emmanuel Altit n’en démord pas. Selon lui, son client a été victime d’un véritable «enlèvement» mené par «les forces françaises et les rebelles», lors de son arrestation, le 11 avril 2011.

Soupçonné d’être «co-auteur indirect» de crimes contre l’humanité, Laurent Gbagbo a comparu, du 19 au 28 février dernier, devant le tribunal pénal international de La Haye. L’ancien chef d’État ivoirien voit peser sur lui quatre chefs d’accusation. Il s’agit de meurtres, viols, persécutions ainsi que d’autres actes inhumains, perpétrés lors des violences post-électorales en 2010 et 2011.

«Toute ma vie, j’ai lutté pour la démocratie», a-t-il pourtant déclaré devant la procureure de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda. De son côté, Emmanuel Altit s’est attaché à dénoncé les violences provoquées par les rebelles à partir de la tentative de coup d’État perpétrée en 2002.

«Il nous appartenait de reconstituer la vérité historique : il y avait une guerre depuis le 19 septembre 2002. Ce qui s’est passé après les élections de 2010, c’est la continuation de cette guerre. Cela change tout», a déclaré l’avocat de Laurent Gbagbo.

«Dans cette optique, qui attaque ? Les rebelles. Qui tente de s’emparer du pouvoir ? Les rebelles. Cela donne une clé de compréhension différente. Le procureur, en ne tenant pas compte des faits antérieurs à 2010, donnait à penser que, soudainement, le président Gbagbo avait décidé de refuser le verdict des urnes et de s’attaquer de manière gratuite aux supporteurs de son adversaire. Ce n’est pas la vérité», a-t-il ajouté.

Une reconstruction impossible ?

Des déclarations frappantes, empreintes d’un sentiment d’injustice face à ce que la défense considère comme l’impunité des proches d’Alassane Ouattara. Symbole de sa contestation, Emmanuel Altit a pu noter qu’aucun membre du clan de l’actuel président ivoirien n’a été arrêté suite aux violences post-électorales.

Dans un rapport intitulé «Côté d’Ivoire, la loi des vainqueurs», publié en février, Amnesty International a, par ailleurs, constaté les exactions de l’armée nationale à l’encontre des partisans avérés ou présumés de Laurent Gbagbo. Un récit accablant, laissant la reconstruction du pays face à l’impunité de crimes contre l’humanité.

«Non seulement la justice à sens unique participe-t-elle à maintenir, sinon exacerber, les tensions et la polarisation de la société ivoirienne, mais les agissements des forces de sécurité du gouvernement Ouattara continuent de compromettre cette réconciliation», constate, pour sa part, Bruno Charbonneau, directeur de l’Observatoire sur les missions de paix et opérations humanitaires de la Chaire Raoul-Dandurand de l’UQAM.

En attendant, Laurent Gbagbo est suspendu au sort de la CPI. Alors que la défense déposera ses écritures le 28 mars prochain, la Cour devra ensuite rendre un verdict sur la tenue, ou non, d’un procès avant la fin du mois de mai. «C’est un dossier important, car c’est l’avenir de la Côte d’Ivoire qui est en jeu», conclue Emmanuel Altit.

À lire aussi:

Côte d’Ivoire: Laurent Gbagbo à la Cour pénale internationale >>

La Côte d’Ivoire, face à l’impunité d’une reconstruction arbitraire >>

Journaliste pour 45eNord.ca, Gaëtan Barralon étudie les nouvelles pratiques journalistiques à l’Université Lumière Lyon 2 (France). Titulaire d’une licence en Information­-Communication, Gaëtan s’intéresse aux enjeux internationaux à travers l’analyse des différents conflits mondiaux.

Les commentaires sont fermés.