Birmanie: les violences intercommunautaires s’étendent

0
(Photo: 45eNord.ca)
(Photo: 45eNord.ca)

Malgré l’état d’urgence décrété vendredi 22 par le président Thein Sein qui réagissait aux informations faisant état de la poursuite des émeutes, auxquelles ont pris part des moines bouddhistes, et aux dépêches d’agence de presse rapportant que des bouddhistes avaient menacé de s’en prendre à des journalistes, le calme est loin d’être revenu en Birmanie, tandis que des affrontements continuent d’opposer musulmans et bouddhistes.

Les violences qui ont fait plus de 30 morts et plus de 9 000 déplacés à Meiktila, localité située à une centaine de kilomètres au sud de Mandalay, se sont étendues à d’autres villes et villages du centre de la Birmanie. Des incidents se sont notamment produits dans un village de la commune de Yamethin, où 17 personnes sont détenues.

Joint par l’AFP, un responsable de la région d’Ywardan a indiqué qu’«au total 43 maisons et une mosquée ont été incendiées», samedi 22 mars, sans faire de victime, précisant également que la plupart des maisons appartenaient à des musulmans. «J’ai dû courir pour sauver ma vie en tenant mon enfant par la main», a ajouté une habitante, sous couvert de l’anonymat.

Pour sa part, le représentant spécial des Nations unies pour la Birmanie Vijay Nambiar, qui s’est rendu sur place dimanche 24 mars a déclaré que ces violences «sont une véritable tragédie […] en termes de pertes de vies et de destructions. […] Nous sommes prêts à aider autant que nous le pouvons en termes d’assistance humanitaire».

M. Nambiar a trouvé encourageant d’apprendre que des membres des deux communautés s’étaient entraidés et que les chefs religieux lançaient maintenant des appels à la paix.

Meiktila, est à la jonction des routes Rangoun-Mandalay (sud-nord) et Bagan-Taunggyi (ouest-est). Elle présente donc un intérêt stratégique évident, et c’est pourquoi on y trouve le quartier général des forces aériennes du pays, ainsi qu’une importante base aérienne militaire. La 99e division d’infanterie légère de l’armée de terre y est aussi stationnée.

La nervosité commence aussi à se faire sentir dans la plus grande ville du pays, Rangoon, à quelque 500 kilomètres au sud de Meikhtila, même si on n’y rapporte aucun incident pour l’instant. Des commerçants ont néanmoins choisi de fermer leurs portes dans le marché de Yuzana et dans la banlieue de Mingalartaungnyunt quand des rumeurs ont fait état d’attaques imminentes. Des policiers ont été déployés.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.