Cachemire: cinq policiers indiens tués par des islamistes déguisés

0
Deux islamistes, déguisés en joueurs de cricket, ont tué cinq membres des forces de sécurité, à Srinagar, dans le Cachemire indien (Photo: Archives/CRPF)
Deux islamistes, déguisés en joueurs de cricket, ont tué cinq membres des forces de sécurité, à Srinagar, dans le Cachemire indien (Photo: Archives/CRPF)

Cinq membres des forces paramilitaires indiennes ont trouvé la mort, ce mercredi, dans une attaque lancée par des islamistes, dans la localité de Srinagar, au Cachemire indien. Un «attentat-suicide» pour le chef du gouvernement, Omar Abdullah, relançant ainsi les tensions dans la région.

«Une division du CRPF [Force centrale de la police de réserve, une branche militaire de la police indienne, ndlr] était déployée dans un camp et des enfants jouaient au cricket lorsque deux militants ont lancé des grenades et attaqué la division», a déclaré l’inspecteur général de police indienne, Abdul Gani Mir.

L’inspecteur précise également que ces deux islamistes étaient déguisés en joueurs de cricket avant d’avoir ouvert le feu sur les forces de l’ordre. Ils sont morts dans les affrontements qui ont suivi avec la CRPF, présente dans une caserne de Srinagar, dans le Cachemire indien.

À en croire les informations révélées par l’agence de presse Kashmir News Network (KNS), cette attaque aurait été revendiquée  par le groupe islamiste Hizbul Mujahideen. Le porte-parole de cette organisation, se présentant comme Baleeg-ud-Din, aurait appelé l’agence basée à Srinagar, déclarant que «c’était un acte de guérilla et les militants de Hizb poursuivront aussi ces attaques à l’avenir».

Le chef du gouvernement du Cachemire indien, Omar Abdullah, n’a pas tardé à réagir devant le Parlement local, qualifiant cette attaque d’«attentat suicide». Pour sa part, le secrétaire à l’Intérieur, R.K. Singh, a indiqué à des journalistes à New Delhi que quatre hommes au total pourraient avoir été impliqués dans cette attaque. Il a également ajouté que les deux islamistes tués par les forces de sécurité ne semblaient pas être du Cachemire indien mais «de l’autre côté de la frontière» au Pakistan.

Srinagar toujours sous couvre-feu

Cette attaque vient ainsi relancer les tensions dans cette principale ville du Cachemire indien à majorité musulmane. Cette dernière est toujours placée sous couvre-feu suite à l’exécution, le 9 février dernier, d’un séparatiste local, Mohammed Afsal Guru. Condamné à mort pour sa participation à l’attaque meurtrière contre le Parlement de New Delhi en décembre 2001, il a été pendu dans une prison de la capitale indienne.

Une exécution sommaire qui a déclenché le tollé des populations du Cachemire, où de nombreuses manifestations ont été organisées. Par ailleurs, la région avait déjà été secouée, ces dernières semaines, par plusieurs accrochages entre l’Inde et le Pakistan dans cette région disputée.

Alors que trois soldats pakistanais et deux soldats indiens ont trouvé la mort dans ces affrontements, une trêve avait jusqu’alors été observé entre les deux pays, revendiquant chacun la propriété du Cachemire depuis leur indépendance simultanée de 1947. Mais l’instabilité présente dans la partie indienne de la région a repris de plus belle ces dernières semaines. L’attaque de ce jour en est un exemple frappant, visant directement les forces de sécurité au milieu d’un groupe d’enfants.

À lire aussi:

Cachemire: un soldat pakistanais tué par l’armée indienne >>

Au Cachemire, on se prépare pour une guerre nucléaire >>

Trêve entre l’Inde et le Pakistan sur la question du Cachemire >>

Journaliste pour 45eNord.ca, Gaëtan Barralon étudie les nouvelles pratiques journalistiques à l'Université Lumière Lyon 2 (France). Titulaire d'une licence en Information­-Communication, Gaëtan s'intéresse aux enjeux internationaux à travers l'analyse des différents conflits mondiaux.

Les commentaires sont fermés.