Centrafrique: la composition du gouvernement d’union nationale est annoncée

1
Après signature du décret, ce mardi, en compagnie du président auto-proclamé, Michel Djotodia, Nicolas Tiangaye a été reconduit au poste de Premier ministre (Photo: Archives/RD/Gabonews)
Après signature du décret, ce mardi, en compagnie du président auto-proclamé, Michel Djotodia, Nicolas Tiangaye a été reconduit au poste de Premier ministre (Photo: Archives/RD/Gabonews)

Le Premier ministre centrafricain Nicolas Tiangaye, qui avait été reconduit par le président auto proclamé, l’ex-rebelle Michel Djotodia, a nommé ce dimanche 31 mars un nouveau gouvernement d’union nationale composé de membres de la rébellion, d’anciens opposants et de la société civile, mais nettement dominé par la Séléka et dont, à une exception près, sont écartés les membres de l’ancien régime.

Le gouvernement est composé de 34 personnes: il comprend neuf ministres issus de la coalition rebelle Séléka au pouvoir depuis une semaine, huit issus de l’ancienne opposition et un seul ex-proche du président déchu François Bozizé, alors que les 16 autres membres sont issus de la société civile et de différentes formations politiques.

Le président Djotodia se garde le portefeuille de la Défense pour lui-même.

Les membres de la Séléka qui se retrouvent au gouvernement occuperont des postes-clés: Gontran Djono au Pétrole, Nourendine Adam, chef de la rébellion de la Convention des patriotes pour la justice et la Paix (CPJP), à la Sécurité, Mohamed Moussa Dhaffane aux Eaux et forêts, ainsi que Christophe Gazam Betty aux Communications.

Aux membres de l’ancienne opposition, sont dévolus le poste de ministre de l’Equipement et porte-parole du gouvernement qu’occupera Crépin Mboli Gonda, les Affaires étrangères, qui reviennent à l’ancien ambassadeur de Centrafrique aux Nations unies, Charles Armel, et les Postes et le portefeuille des télécommunications , dont le titulaire sera l’ancien opposant Henri Pouzère.

Plusieurs dirigeants de l’ancien régime de François Bozizé, renversé le 24 mars, s’étaient dits prêts à coopérer, mais un seul se voit octroyer un fauteuil ministériel, Claude Lenga, qui sera ministre délégué à l’enseignement professionnel et fondamental.

Appel au soutien et à l’unité sur fonds de crise

Hier, samedi 30 mars, une manifestation de soutien au nouveau pouvoir centrafricain était organisée à Bangui, sous le contrôle des rebelles de la Séléka depuis une semaine, alors qu’il y a encore des pillages et la situation sécuritaire et humanitaire reste préoccupante selon les observateurs internationaux.

Le président autoproclamé, Michel Djotodia, a lancé un appel en faveur de l’unité et de la réconciliation: «Je lance un appel patriotique et fraternel à nos compatriotes, qui ont choisi le chemin de l’exil, de rentrer», avait-il déclaré, ajoutant «Il n’y aura aucune chasse aux sorcières parce que nous devons promouvoir la tolérance, le dialogue et le pardon.»

Pour l’instant, le coup d’État contre le président François Bozizé a été condamné par la communauté internationale, l’Union africaine a suspendu la Centrafrique de ses rangs et elle a pris des sanctions contre ses nouveaux dirigeants.


Le nouveau président autoproclamé de la Centrafrique a affirmé samedi qu’il « remettra le pouvoir » en 2016. Discours prononcé lors d’un bain de foule organisé à Bangui (Vidéo : TV5 Monde)

À lire aussi:

Centrafrique: manifestation de soutien à la Séléka sur fonds de crise humanitaire >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

DiscussionUn commentaire