Face aux menaces Nord-coréennes, les États-Unis réaffirment leur alliance avec le Sud

0
Le sous-secrétaire à la Défense Ash Carter s'est adressé aux membres des forces américaines et sud-coréennes affectés au centre d'opérations conjointes du commandement TANGO, près de Séoul, Corée du Sud, le 18 mars 18, 2013.(Photo: Glenn Fawcett, DoD)
Le sous-secrétaire à la Défense Ash Carter s’est adressé aux membres des forces américaines et sud-coréennes affectés au centre d’opérations conjointes du commandement TANGO, près de Séoul, Corée du Sud, le 18 mars 18, 2013.(Photo: Glenn Fawcett, DoD)

Au cours d’une série de réunions de haut niveau en Corée du Sud, le sous-secrétaire à la Défense Ash Carter a rencontré des membres de l’administration de la nouvelle présidente sud-coréenne Park Geun-hye, ainsi que des militaires et des diplomates américains en poste en Corée du Sud.

Ash Carter a déclaré lors d’un point de presse lundi 18 mars, en après-midi, qu’à chacune de ses rencontres avec de hauts-responsables du gouvernement de la présidente Park, il a réaffirmé l’engagement indéfectible de son pays envers l’alliance de près de 60 ans entre les États-Unis et la Corée du Sud.

«On peut affirmer avec certitude que la relation entre le gouvernement Park et le gouvernement Obama a connu un départ très productif», a déclaré M.Carter, ajoutant «Ma visite témoigne de l’importance [que le secrétaire à la Défense Chuck Hagel]et moi accordons à cette alliance.»

Park Geun-hye, la première femme présidente de la Corée du Sud, a prêté serment le 25 février, moins de deux semaines après que les médias nord-coréens eurent annoncé que la Corée du Nord avait effectué son troisième essai nucléaire souterrain depuis 2006.

«Cet essai, ainsi les provocations qui ont suivies ont été au centre des discussions d’aujourd’hui, a dit le sous-secréataire américain, soulignant que «[…]de telles actions constituent une grave menace pour les États-Unis, la Corée du Sud et à la stabilité régionale.»

«Si les Nord-Coréens pense que ce genre de chose les ménera quelque part, ils se trompent», a déclaré le sous-secrétaire américain, précisant que « Le seul effet pour la Corée du Nord la Corée du Nord sera l’opprobre du monde entier.»

Les États-Unis travaillent avec leurs alliés dans le monde entier à coordonner une réponse «intégrée» à ces provocations inacceptables, soit des résolutions des Nations-Unies assorties de sanctions ainsi que des sanctions encore plus fortes combinées à de très fortes sanctions unilatérales de la part des Étars-Unis, de façon à isoler encore davantage le régime nord-coréen.

«Dans le domaine militaire, les États-Unis restent fermes dans leurs engagements de défendre de la République de Corée», affirme Ashton Carter. «Ensemble, nous prenons des mesures importantes pour faire progresser les capacités de l’alliance».

En particulier, les États-Unis demeurent résolus à utiliser la dissuasion nucléaire et à faire bénéficier la Corée du Sud du parapluie nucléaire américain, et à veiller à ce que toutes les capacités restent à la disposition de l’alliance.

Le sous-secrétaire américain a noté la présence systématique de bombardiers stratégiques qui participent à l’entraînement en vol dans la péninsule coréenne, ajoutant qu’un vol d’un avion B-52 aura lieu demain.Les B-52 sont des stratégiques bombardiers lourds qui peuvent être dotés d’un armement très varié.

Face à la menace nord-coréenne d’une attaque nucléaire préventive, le secrétaire à la Défense, Chuck Hagel, avait annoncé, vendredi 15 mars, que les États-Unis ont décidé de renforcer leur défense antimissile en déployant 14 intercepteurs supplémentaires sur la côte Ouest américaine, à Fort Greely, en Alaska, et à la base aérienne de Vandenberg, en Californie. Les Américains font ainsi passer leur nombre d’intercepteurs de missiles de 30 à 44, augmentant de 50% leurs capacités de défense anti-missile.

L’exercice annuel conjoint américano-sud-coréen exercices, Key Resolve, qui se déroule dans la péninsule jusqu’à mercredi 21 mars, et l’exercice Foal Eagle, un exercice combiné et interarmées de terrain, se déroulant quant à lui du 1er mars au 30 avril «démontre l’engagement américain envers l’alliance», a insisté le sous-secrétaire américain, soulignant que ces exercices , «assure la disponibilité [opérationnelle] de nos deux forces pour défendre la République de Corée et approfondir l’interopérabilité avec les forces américaines et sud-coréennes.»

Carter aussi rencontré le 18 mars le ministre de la Défense nationale sud-coréen, Kim Kwan-jin. En plus de la menace posée par les programmes nucléaire et les programmes de missiles balistiques de la Corée du Nord, le sous-secrétaire Carter et les responsables sud-coréens ont aussi discuté de l’augmentation des capacités militaires de l’alliance, de la poursuite de la politique de dissuasion nucléaire élargie, et de l’engagement américain dans la région Asie-Pacifique, y compris la présence des États-Unis dans la péninsule coréenne, qui ne devrait pas être affectés par les coupes budgétaires.


Rencontre du sous-secrétaire américain à la Défense avec les responsables de la Défense sud-coréenne(Vidéo: TPC Channel)

À lire aussi:

Washington répond aux menaces nord-coréennes en renforçant sa défense anti-missile >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.