Irak: au moins 50 morts dans une vague d’attentats anti-chiites

0
Une nouvelle série d'attentats a eu lieu dans différents quartiers de Bagdad et à Iskandariya, à 50km au sud de la capitale (Photo: Archives/U.S. Navy photo by Mass Communication Specialist 2nd Class Eli J. Medellin)
Une nouvelle série d’attentats a eu lieu dans différents quartiers de Bagdad et à Iskandariya, à 50km au sud de la capitale (Photo: Archives/U.S. Navy photo by Mass Communication Specialist 2nd Class Eli J. Medellin)

À la veille du dixième anniversaire de l’intervention américaine en Irak, le pays a été secoué, ce mardi, par une série d’attentats anti-chiites dans plusieurs quartiers de Bagdad ainsi que dans la localité d’Iskandariya. Les premiers bilans font état d’au moins 50 victimes et de plus de 160 blessés.

Voitures piégées, kamikazes, assassinats. Si l’Irak fêtera timidement l’anniversaire de l’invasion américaine, ce mercredi, les violences affluent dans le pays. Ce mardi, une série d’attentats a touché de nombreux quartiers de Bagdad. Sadr City, Machtal, Zafraniya, Bagdad Jadida, Kazimiya, Chouala, Saïdiya et Mansour ont tous été le théâtre d’attaques successives à l’encontre de la communauté chiite. La ville d’Iskandariya, située 50km plus au sud, a également été touchée.

Pas moins de 15 voitures piégées ont ainsi semé le trouble dans la capitale irakienne et ses alentours. «J’étais en train de conduire mon taxi et brusquement, j’ai senti ma voiture se faire secouer. Il y avait de la fumée partout. J’ai vu deux cadavres sur le sol. Les gens criaient et couraient dans tous les sens», a notamment raconté Al Radi, après avoir été pris dans une explosion survenue dans le quartier chiite de Sadr City, à Bagdad.

Faisant état de 160 blessés, des sources policières et hospitalières ont également évoqué l’attaque d’un commissariat par un kamikaze. Au volant de son camion, ce dernier est allé volontairement s’encastrer dans le local policier, dans une localité chiite située dans la banlieue sud de Bagdad.

Pour cette journée la plus sanglante depuis plus de six mois, l’armée et la police ont d’ores et déjà érigé des barrages au sein de la capitale irakienne. Ils ont également décidé de renforcer leurs contrôles, comme le rapporte un journaliste de l’AFP.

Des attaques à caractère communautaire

Si, pour l’heure, ces attentats n’ont pas été revendiqués, l’ombre des groupes insurgés sunnites, parmi lesquels Al-Qaïda en Irak, plane sur ces violences répétées. Régulièrement, ils s’en prennent à la communauté chiite, à la police ou à l’armée afin de déstabiliser le gouvernement actuel à majorité chiite, dirigé depuis 2006 par le Premier ministre, Nouri al-Maliki.

Un gouvernement qui n’a pas tardé à réagir face à l’insécurité ambiante actuelle. Il a ainsi décidé de reporter les élections régionales, initialement prévues le 20 avril prochain, dans deux provinces du pays, celles d’Anbar  et de Ninive.

Selon le gouvernement, les menaces sécuritaires ne permettent pas la tenue du scrutin. Ce report pourrait même aller jusqu’à six mois afin d’éviter tout risque de violence. Un porte-parole du Premier ministre a également rapporté que le personnel chargé des élections aurait fait l’objet de menaces.

En attendant, l’Irak ne parvient pas à se reconstruire. Face aux divergences communautaires, le pays reste le théâtre régulier d’attaques sanglantes. Des violences répétées qui se multiplient ces dernières semaines. Face à cela, les populations civiles s’inquiètent. Et souffrent. L’ONG Iraq Body Count, basée en Grande-Bretagne, rapporte ainsi que 112 000 civils ont perdu la vie en Irak depuis le début de l’invasion américaine, le 20 mars 2003.

À lire aussi:

Une série d’explosion dans le centre de Bagdad fait au moins 12 morts >>

Irak: douze morts et 165 blessés dans une série d’attaques >>

Al-Qaïda revendique le meurtre de 48 soldats syriens en Irak >>

Journaliste pour 45eNord.ca, Gaëtan Barralon étudie les nouvelles pratiques journalistiques à l'Université Lumière Lyon 2 (France). Titulaire d'une licence en Information­-Communication, Gaëtan s'intéresse aux enjeux internationaux à travers l'analyse des différents conflits mondiaux.

Les commentaires sont fermés.