John Brennan confirmé à la tête de la CIA

0
Le nouveau directeur de la CIA, John Brennan (photo: Maison Blanche)
Le nouveau directeur de la CIA, John Brennan (photo: Maison Blanche)

John Brennan a été enfin confirmé confirmé ce jeudi 7 mars à la tête de la CIA par un vote du Sénat américain, deux mois après avoir été choisis par le président américain et au lendemain d’un filibuster du sénateur républicain libertaire Rand Paul, qu’une envie pressante avait contraint à mettre un terme à son interminable discours visant à empêcher le Sénat de passer au vote.

Les sénateurs ont voté à 63 contre 34 en faveur de la nomination de John Brennan, 57 ans, actuellement principal conseiller antiterroriste de Barack Obama, pour succéder au poste de directeur de la CIA à David Petreaus, qui avait dû démissionné après qu’on eut découvert sa liaison avec une journaliste.

La confirmation de John Brennan vient donc compléter l‘équipe de sécurité nationale du président, après les nominations de John Kerry au poste de secrétaire d’État et de Chuck Hagel à celui de secrétaire à la Défense.

«Avec la confirmation des deux partis de John Brennan en tant que directeur de la Central Intelligence Agency», a déclaré dans un communiqué le président Obama, «Le Sénat a reconnu en John les qualités que j’apprécie tellement: sa détermination à garder l’Amérique en sécurité, son engagement à travailler avec le Congrès, sa capacité à établir des relations avec des partenaires étrangers , et sa fidélité aux valeurs qui nous définissent en tant que nation.»

«Avec les 25 ans d’expérience de John à l’Agence», poursuit le président, «nos hommes et femmes extraordinaires de la CIA seront dirigé par l’un des leurs»., ajoutant, «Des renseignements précis, au moment opportun, sont absolument essentiels pour contrer les attaques terroristes, pour le démantèlement d’Al-Qaïda et de ses filliales, et pour répondre au large éventail de défis de sécurité auxquels nous sommes confrontés en tant que nation»

Depuis 2009, John Brennan était responsable à la Maison Blanche de la lutte antiterroriste et c’est lui qui fut l’architecte du programme américain de drones. C’est aussi John Brennan, en tant que responsable de la lutte antiterroriste, qui a coordonné la «liste de personnes à abattre» appartenant à Al-Qaïda, au Pakistan, en Somalie ou au Yémen.

Le processus de sa confirmation de la nomination de John Brennan à la tête de l’agence américaine de renseignement a relancé le débat sur le programme de drones, les élus américains reporchant le manque de transparence du programme.

L’obstruction parlementaire de Rand Paul visait d’ailleurs à obtenir un engagement écrit confirmant que le président n’avait pas l’autorité pour ordonner une frappe de drones aux États-Unis contre un citoyen américain qui ne poserait pas de menace immédiate, ce à quoi le ministre de la Justice, Eric Holder, a répondu jeudi matin laconiquement mais sans équivoque: «J’ai appris que vous aviez maintenant une nouvelle question. écrit-il. « Le président a-t-il le pouvoir d’utiliser un drone armé pour tuer un Américain qui ne soit pas engagé dans un combat sur le sol américain? La réponse à cette question est non!»

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.