L’argent consacré à la sous-traitance par la Défense a augmenté d’un demi milliard $

0
le budget de la sous-traitance, en hausse d'un demi-milliard à la Défense (Photo: MDN)
Le budget de la sous-traitance, en hausse d’un demi-milliard à la Défense (Photo: MDN)

L’argent dépensé par la Défense nationale pour la sous-traitance et les services professionnels a augmenté de façon spectaculaire, alors le gouvernement Harper lui-même avait dit qu’il fallait éviter de recourir ainsi cette pratique, rapporte la Presse canadienne.

Dans un article paru cette semaine, l’agence révèle que les dépenses consacrées aux contrats externes ont augmenté de 500 millions de dollars entre 2009 et 2011, l’année même où le lieutenant-général à la retraite Andrew Leslie disait au ministère de la Défense qu’il pourrait sans risque réduire de 30 pour cent le recours aux sous-traitants.

Les chiffres pour la sous-traitance, souligne l’article, s’élevaient à 2,7 milliards $ quand Andrew Leslie, ancien commandant en chef de l’armée, avait déposé son rapport sur la réforme de l’armée en 20111.

Aujourd’hui, la dernière estimation du gouvernement à ce sujet indique que les chiffres ont grimpé à 3,2 milliards de dollars pour l’année 2011-12 , et ces chiffres ne sont même pas définitifs, il se pourrait qu’au final, ils soient encore plus élevés.

En outre, un rapport déposé la semaine dernière par le directeur parlementaire du budget Kevin Page, indique que les chiffres pour l’année budgétaire en cours devraient être encore plus hauts, la Défense nationale ayant dû demander l’autorisation de dépenses supplémentaires pour les services professionnels et spéciaux:

Un montant additionnel de 774 millions a été autorisé pour de la sous-traitance pour l’année 2012-2013, sans compter les 776 millions $ supplémentaires que le gouvernement fédéral a dû mettre de côté pour payer le recours collectif des anciens combattants invalides dont il avait pendant des années amputé à tort la pension.

Même si le gouvernement Harper réduit les contrats de défense de 460 millions de dollars, comme promis, il sera donc encore bien en deçà des objectifs fixés dans le rapport Leslie.

Le ministre de la Défense, Peter MacKay, a pour sa part fait valoir plus tôt cette semaine que la fin de la mission de formation en Afghanistan l’année prochaine allégera la pression budgétaire et diminuera la nécessité de recourir à des sous-traitants en dehors du ministère.

Selon le ministre, le retour de tous ces soldats actuellement en Afghanistan pourra permettre de diminuer d’autant le recours à des sous-traitants.

Avec ses soldats au combat dans la province de Kandahar pendant cinq ans, et, plus tard, la formation des forces afghanes, l’armée canadienne a été obligés de compter sur des entrepreneurs privés pour mener à bien certaines tâches de formation et d’entretien, a encore fait valoir le ministre MacKay, alors qu’il s’adressait à l’Economic club

Dans certains cas, la décision de remplacer les emplois militaires et civils de la Défense nationale en ayant recours à la sous-traitance a été prise contre l’avis des officiers supérieurs par les fonctionnaires fédéraux afin d’éliminer des emplois dans les Forces canadiennes et dans l’administration publique fédérale.

Toutefois, remplacer un militaire ou un fonctionnaire par un sous-traitant ne représente peut-être pas toujours, semble-t-il,  une véritable économie.

Le sous-traitant à qui a été versé la plus grosse somme en 2011-2012 est Lockheed Martin, qui a obtenu 313,04 millions $ en contrats d’ingénierie, dont 175,3 millions de dollars pour un seul contrat.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.