Le Canada dévoile le nom du futur président des hauts représentants de l’Arctique

0
Les militaires des Forces canadiennes s'entraînent régulièrement dans l'Arctique afin d'affirmer la souveraineté du pays sur ce territoire (Photo: Nicolas Laffont)
Les militaires des Forces canadiennes s’entraînent régulièrement dans l’Arctique afin d’affirmer la souveraineté du pays sur ce territoire (Photo: Nicolas Laffont)

Le Canada a désigné M. Patrick Borbey à la tête des hauts représentants de l’Arctique pour la période de deux ans où le Canada assurera la présidence du Conseil de l’Arctique, de mai 2013 à mai 2015.

Le Conseil de l’Arctique, créé à Ottawa en 1996, est une instance intergouvernementale de haut niveau, qui fonctionne par consensus pour promouvoir les aspects environnementaux, économiques et sociaux du développement durable dans la région de l’Arctique.

Le Conseil de l’Arctique réunit les huit États de l’Arctique : le Canada, le Danemark, la Finlande, l’Islande, la Norvège, la Fédération de Russie, la Suède et les États-Unis, et on retrouve aussi au Conseil six organisations internationales de peuples autochtones à titre de participants permanents.

À la tête des hauts représentants de l’Arctique , M. Borbey collaborera de près avec les hauts représentants de l’Arctique des États qui composent le Conseil et avec les participants permanents autochtones du Conseil à la gestion des activités du Conseil pendant la présidence canadienne.

«Son mandat à la présidence [des hauts représentants], qui débutera en mai prochain, amènera le Canada à diriger les importants travaux du Conseil de l’Arctique. La vaste expérience que M. Borbey a acquise auprès des habitants du Nord lui profitera grandement dans ses fonctions à la tête des hauts représentants de l’Arctique», a déclaré la ministre canadienne de l’Agence canadienne de développement économique du Nord et ministre du Conseil de l’Arctique, Leona Aglukkaq, qui, pour sa part, présidera le Conseil lui-même.

Le thème principal de la présidence canadienne sera «Le développement au service de la population du Nord», avec, comme sous-thèmes, l’exploitation responsable des ressources de l’Arctique, la navigation sécuritaire dans l’Arctique et des collectivités circumpolaires durables.

Le Conseil de l’Arctique demeure, aux dires du ministère canadien des Affaires étrangères, la principale instance internationale pour la promotion de notre politique étrangère pour l’Arctique et des intérêts canadiens.

Le nouveau président

Le nouveau président des hauts représentants de l’Arctique, Patrick Borbey, est aussi président de l’Agence canadienne de développement économique du Nord (nommé le 19 décembre 2011).

Auparavant, il a été sous‑ministre adjoint principal des Traités et gouvernement autochtone (2010-2011) et sous‑ministre adjoint des Affaires du Nord (2006 à 2010) à Affaires indiennes et du Nord Canada.

Il a également occupé les postes de sous‑ministre adjoint des Services ministériels au Bureau du Conseil privé (2005-2006) et à Santé Canada (2002 à 2005); de sous‑ministre adjoint délégué de la Direction générale de la santé des Premières Nations et des Inuits à Santé Canada (2001-2002); de directeur général des Communications à Transports Canada (1999 à 2001).

Il a aussi travaillé aux Relations culturelles internationales au ministère des Affaires étrangères et du Commerce international (1997 à 1999), à la Stratégie et des Plans à Parcs Canada, ainsi qu’au service des des Finances au ministère des Communications et à Patrimoine canadien. M. Borbey a également occupé des postes de cadre supérieur au ministère du Travail et à Industrie Canada.

M. Borbey conservera son poste de président de l’Agence canadienne de développement économique du Nord.

La haute représentante du Canada pour l’Arctique, Mme Sigrid Anna Johnson, continuera, pour sa part, de représenter le Canada au Conseil de l’Arctique.

À lire aussi:

Le Canada va prendre la tête du Conseil de l’Arctique en mai >>

Le Canada présidera le Conseil circumpolaire des inuits de 4 pays de 2014 à 2018 >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.