Le F-35 de retour dans les airs après une immobilisation forcée

0
Un F-35 se trouve ici en montage final (Photo: Lockheed Martin)
Un F-35 se trouve ici en montage final dans l’usine de production de Fort Worth, au Texas (Photo: Lockheed Martin)

Une semaine après avoir cloué les avions de chasse F-35 au sol quand une fissure d’1,5 cm a été découverte sur la turbine d’un réacteur d’un avion d’essai, le Pentagone a annoncé qu’il allait finalement reprendre les vols de ses avions. 

De nombreux tests ont montré que la fissure était le résultat de «l’environnement opérationnel particulier» au cours de vols d’essai et non un défaut de conception.

Pratt & Whitney, qui fournit les moteurs pour le F-35, dit travailler en étroite collaboration avec le Pentagone pour résoudre le problème et que le moteur en question avait fonctionné en dehors des paramètres normaux à des températures élevées quatre fois plus longtemps que ce à quoi un F-35 est normalement confronté.

«Ce que j’observe aujourd’hui, c’est que Lockheed Martin et Pratt & Whitney se comportent […] comme s’ils essayaient de soutirer le moindre centime pour nous vendre le tout dernier F-35 et le tout dernier moteur», s’est énervé le responsable du projet au Pentagone, le lieutenant-général Christopher Bogdan.

«Ce que je leur demande, c’est de signer pour les 40 prochaines années, de prendre à leur compte une partie des risques inhérents à ce programme, de s’investir dans la réduction des coûts. J’attends d’eux qu’ils construisent avec nous une meilleure relation. Je ne ressens pas encore cette envie pour le moment».

En septembre dernier, alors qu’il venait de prendre les commandes du projet, le lieutenant-général déclarait que la relation de son bureau avec le constructeur de l’avion était «la pire que j’ai jamais vu», la décrivant comme une relation pourrie et «un partenariat dans la mauvaise gestion du programme d’armement le plus coûteux du Pentagone».

Le développement du F-35 est le programme américain de défense le plus cher à ce jour, avec un coût de près de 400 milliards $. Dépassements de coûts, retards et immobilisation en janvier et février dernier font également parti du quotidien du développement de l’avion.

Suite a la publication d’un rapport de KPMG, le gouvernement du Canada a décidé de reprendre a zéro le processus d’acquisition d’une flotte pour remplacer ses vieux CF-18.

KPMG indiquait que le cout réel pour l’acquisition et l’entretien des F-35 était de 45 milliards $ et non 9 milliards comme soutenu par le gouvernement conservateur.

Une fois terminé, le chasseur furtif est prêt à être acheté par le Royaume-Uni, l’Australie, le Canada, la Turquie, l’Italie, les Pays-Bas, la Norvège, le Japon, le Danemark, Israël et les Etats-Unis.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.