Le gouvernement canadien recontacte l’industrie pour le remplacement de ses CF-18

55
Lorsqu’on pousse un CF-18 à puissance maximale, le grondement des réacteurs fait vibrer le sol (Photo : Sergent Danielle Bernier, Combat Camera)
Lorsqu’on pousse un CF-18 à puissance maximale, le grondement des réacteurs fait vibrer le sol (Photo : Sergent Danielle Bernier, Combat Camera)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Lorsqu’on pousse un CF-18 à puissance maximale, le grondement des réacteurs fait vibrer le sol (Photo : Sergent Danielle Bernier, Combat Camera)
Le gouvernement canadien met les bouchées doubles pour le remplacement des avions CF-18  (Photo : Sergent Danielle Bernier, Combat Camera, MDN)

Par l’entremise du Secrétariat national d’approvisionnement en chasseurs, le gouvernement fédéral canadien a officiellement envoyé une demande d’engagement de l’industrie et le questionnaire final, pour le remplacement de sa flotte d’avions de chasse CF-18. 

Le secrétariat précise que le futur avion de chasse du Canada aura plusieurs missions et que l’avion choisi devra donc être en mesure de les remplir:

  1. Mener des opérations quotidiennes nationales et continentales, y compris dans l’Arctique et par l’entremise du Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (NORAD)
  2. Offrir leur soutien dans le cadre d’un évènement international important au Canada, comme les Jeux olympiques de 2010
  3. Diriger ou mener une opération internationale importante durant une période prolongée (opérations complexes d’imposition de la paix dans un État défaillant)
  4. Diriger ou mener une opération internationale importante durant une période prolongée (guerre de coalition – conflit entre États)
  5. Répondre à une attaque terroriste importante
  6. Déployer des forces en cas de crise à l’étranger pour une période de plus courte durée (aide humanitaire et secours aux sinistrés)

Le questionnaire envoyé demande notamment de préciser la «configuration essentielle de mission» de l’avion, les différentes capacités de l’avion, la «production et le maintien en puissance», ainsi que les «besoins en marchandises contrôlées et approche de l’acquisition».

Les constructeurs approchés (Boeing, Lockheed Martin, Dassault, Saab et Eurofighter) ont jusqu’au 15 avril pour répondre a la demande du gouvernement. Un second questionnaire sera envoyé ultérieurement, comme le précise Tom Ring, sous-ministre adjoint délégué à la Direction générale des approvisionnements

«Comme vous en avez été informé précédemment, la Demande d’engagement de l’industrie comprendra un second questionnaire dans lequel on vous demandera une estimation du coût de l’avion, indique le ministre. Comme nous l’avons fait pour le premier questionnaire, nous avons l’intention de vous fournir une version provisoire et de vous donner la possibilité de formuler des commentaires.»

C’est suite à la publication de plusieurs rapports, dont celui de la firme KPMG affirmant qu’il en coûterait 45 milliards $ et non 9 milliards pour l’acquisition des F-35 de Lockheed Martin, que le gouvernement de Stephen Harper a décidé de relancer de zéro le processus de remplacement de sa flotte actuelle de CF-18.

À lire aussi:

Remplacement de la flotte des CF-18: le gouvernement demande l’avis de l’industrie >>

Remplacement des CF-18: cinq constructeurs approchés, à la fin, il n’en restera qu’un >>