Le refus de dévoiler le coût réel du F-35: une atteinte au parlement, disent les libéraux

0
Un F-35 dans la chaîne d'assemblage final de l'usine de production de Fort Worth, Texas (Photo: Lockheed Martin)
Un F-35 dans la chaîne d’assemblage final de l’usine de production de Fort Worth, Texas (Photo: Lockheed Martin)

Le refus du gouvernement de respecter la motion du comité pourrait représenter une atteinte au privilège parlementaire, accusent les libéraux ce vendredi 15 mars. 

Le porte-parole libéral en matière de comptes publics, Gerry Byrne, a déclaré aujourd’hui que plus d’une douzaine de ministères fédéraux, qui ont fait l’objet d’une vérification par le Bureau du vérificateur général, pourraient avoir porté atteinte au privilège parlementaire en refusant de respecter la motion du comité de la Chambre des communes qui exigeait qu’ils fournissent un plan d’action détaillé pour donner suite aux recommandations de la vérification.

Dans un communiqué que le bureau du chef libéral a fait parvenir à presse, Gerry Byrne déclare que «Ce gouvernement conservateur a refusé de fournir l’information au directeur parlementaire du budget, de révéler le coût réel des F-35 et de leur programme en matière de lutte contre la criminalité, il a retardé et fait obstruction aux demandes d’accès à l’information et maintenant il ne respecte pas la motion déposée par le Comité des comptes publics, le chien de garde des dépenses du Parlement, souligne M. Byrne. Pour cette raison, je crois qu’il n’y a d’autre choix que de présenter une motion faisant état de l’échec du gouvernement face au Parlement et demandant qu’il agisse dans les plus brefs délais afin de corriger ce mépris flagrant à l’égard des règlements.»

Le 3 octobre 2011, le Comité permanent des comptes publics, rappelle les libéraux dans leur communiqué, déposait unanimement une motion exigeant que tous les ministères et organismes du gouvernement fédéral, qui ont fait l’objet d’une vérification de la part du Bureau du vérificateur général, fournissent un plan d’action détaillé pour donner suite aux recommandations de la vérification – avec des mesures précises, les délais d’exécution et les noms des responsables – au Comité des comptes publics et au Bureau du vérificateur général du Canada dans les six mois suivant le dépôt de la vérification à la Chambre des communes. À ce jour, disent les libéraux, le respect envers cette motion affiche un bilan lamentable de 19 %.

«Les conservateurs de Harper sont un des gouvernements les moins transparents de l’histoire du Canada, ce que démontre leur une tendance récurrente à refuser de divulguer des informations au Parlement, prétend le porte-parole libéral, Gerry Byrne.

La responsable des communications au cabinet de la ministre associée de la Défense, Pam O’Leary, a précisé pour sa par à 45eNord.ca «que le gouvernement conservateur avait bien répondu à l’époque aux recommandations du Bureau du vérificateur général et que le gouvernement était maintenant à mettre en oeuvre ses recommandations.»

«Nous comprenons que c’est quelque chose qui fait l’objet de l’examen du Comité [des comptes publics]et nous allons leur permettre de faire ce travail.» , a ajouté la porte-parole du la ministre associée de la Défense.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.