Les bombardiers furtifs américains B-2 entrent en jeu en Corée

2
Le bombardier furtif américain B-52  (Photo : Bobbie Garcia, US Air Force)
Le bombardier furtif américain B-52 (Photo : Bobbie Garcia, US Forces Korea)

Dans une démonstration éloquente «de l’engagement des États-Unis et de sa capacité à défendre la République de Corée et de fournir la dissuasion [nucléaire] élargie à nos alliés dans la région Asie-Pacifique», le US Strategic Command a envoyé en Corée, jeudi 28 mars, deux bombardiers B-2 Spirit pour la mission de formation de longue durée à partir de la base aérienne de Whiteman dans le Missouri.

Les bombardier participeront à l’exercice conjoint annuel «Foal Eagle», décrié par Pyongyang, au cours duquel Américains et Sud-coréens effectuent des manœuvres militaires près de la frontière avec la Corée du Nord.

Le B-2 Spirit est un bombardier polyvalent capable de fournir les munitions classiques et nucléaires. Un bond en avant spectaculaire dans la technologie, le bombardier représente une étape importante dans le programme américain de modernisation des bombardiers. Le B-2 apporte puissance de feu massive capable dans un court laps de venir à bout des défenses les plus impénétrables partout dans le monde.

Cette mission de deux bombardiers B-2 Spirit affectés à la 509e escadre de bombardiers, vise à démontrer dit le communiqué de la US Forces Korea, «la capacité de procéder à longue portée à des frappes de précision, rapidement et à volonté, en volant à plus de 6500 miles [4 500 km] de la péninsule coréenne, en larguant des bombes inertes sur le champ de tir de Jik Do, pour ensuite revenir aux États-Unis», le tout en une seule et même mission, «aller-retour».

Les États-Unis, sont «fermes dans leur engagement pour la défense de la République de Corée, pour décourager l’agression et pour assurer la paix et la stabilité dans la région», précisant que  «le bombardier B-2 est un élément important de la capacité de dissuasion durable et robuste étendue de l’Amérique dans la région Asie-Pacifique».

Avec 11 000 km d’autonomie, le bombardier furtif est conçu pour des missions spéciales de bombardement stratégique à haute altitude [jusqu’à 15 000 m] derrière les lignes adverses.

Indétectable, volant autour de la vitesse du son, il peut emporter jusqu’à 18 tonnes d’armement conventionnel ou nucléaire, dont 16 bombes de 900 kilos guidées par satellite ou huit bombes GBU-37 antibunker.

NOTRE DOSSIER CORÉE DU NORD >>

 

Engagement ferme des États-Unis pour la défense de la Corée

Par ailleurs, le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, a réaffirmé mercredi soir  «l’engagement inébranlable des États-Unis dans la défense de la Corée du Sud», face aux menaces nord-coréennes, dans un entretien téléphonique avec son homologue sud-coréen.

Les deux hommes ont notamment évoqué la signature la semaine passée d’un nouveau pacte militaire entre les deux alliés. Cet accord prévoit une réponse conjointe en cas de provocation même mineure de la part de la Corée du Nord, telle qu’une incursion «limitée» des troupes du Nord vers le Sud.

Le Secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel , s’est donc entretenu par téléphone avec son homologue sud-coréen, Kim Kwan-jin, hier soir, pour «réaffirmer l’engagement américain envers l’alliance entre les deux pays au cours de cette période de tension accrue provoquée par les menaces nord-coréennes», a déclaré le porte-parole du Pentagone, George Little, dans un communiqué publié aujourd’hui et résumant l’appel.

«Le Secrétaire Hagel et le ministre Kim ont réaffirmé la solidité de l’alliance, qui joue, et continue de jouer, un rôle dans le maintien de la stabilité sur la péninsule coréenne», a souligné le porte-parole du Pentagone.

Hagel a souligné le ferme engagement américain à la défense de la Corée du Sud, y compris les capacités de dissuasion élargie, et a souligné la récente signature du «plan de contre-provocation» entre les deux pays comme moyen de renforcer la consultation et la coordination des réponses [de l’alliance]à l’agression nord-coréenne.

Le secrétaire a également exprimé sa grande confiance dans le leadership du général d’armée James D. Thurman, des 28 500 hommes et femmes des Forces américaines en Corée et a salué les mesures prises par l’équipe du général Thurman pour continuer à intégrer les fonctions de commandement et de contrôle avec la Corée du Sud.

Les dirigeants, selon George Little, ont également discuté du plan annoncé récemment pour augmenter le nombre d’intercepteurs américains basés au sol et améliorer encore le système de détection précoce et de poursuite en réponse à la menace nord-coréenne.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Discussion2 commentaires

  1. Nous remarquons depuis l’élection du parti conservateur de M. Harper et sa clique que depuis ils sont aux pouvoirs, Le manque totale de respect et une attitude sauvage et raciste envers le peuple francophone du Québec nous remarquons qu’il y a des coupures importantes dans tous les secteurs. Pas fort Harper si un marin
    Demande de l’Aide en français il ne sera même pas sauver dans sa langue, tous ce qu’il va entendre sorry I dont speak french. J’ai honte d’être un canadien.
    Jean Rouleau