Les élofs du CMR Saint-Jean dans un «Blizzard Nordique» (PHOTOS/VIDÉO)

0

Les 23 et 24 février dernier, les quelques 200 élèves-officiers du Collège militaire royal de Saint-Jean sont partis dans les secteurs d’entrainement de Farnham pour un premier exercice hivernal. 45eNord.ca s’est rendu sur place et a suivi les élofs durant cette fin de semaine.

Le but de l’exercice est de familiariser les élèves officiers a un environnement hivernal lors d’opérations militaires. La première journée a été dédiée a l’entrainement en vue de la compétition du lendemain.

Vendredi 22, 19h45

À l’escadron Tracy, les 62 élèves-officiers se préparent pour la fin de semaine. Dans les couloirs, le commandant de l’escadron inspecte chaque élof pour vérifier si les rucksacs garnis de tout l’équipement sont correctement montés.

Samedi 23, tôt le matin

De bon matin, les élofs chargent les camions de leur sacs et des raquettes de neige. Après une dernière vérification, tout le monde se dirige vers les autobus. Direction: Farnham.

Quelques dizaines de minutes plus tard, nous arrivons dans les secteurs d’entrainement et le major Alain Proulx, directeur des élèves-officiers, annonce la couleur des prochaines 36 heures.

«On prévoit des températures de -3° à +3°. J’aurai préféré être à des températures de -15 ou -20° que ce que nous avons maintenant». «Je vous veux concentrés sur l’entrainement, concentrés sur ce que vous avez à apprendre et concentrés sur votre mission.»

À peine ces mots prononcés, les ordres du commandant de l’escadron Tracy sont donnés aux chefs de section. Pendant ce temps, les autres élofs préparent leur matériel, prêts à partir.

Quelques minutes avant le départ, la neige s’invite et tombe assez fortement. La guerre hivernale peut enfin commencer.

Samedi 23, 12h

Début de la mission pour les élèves-officiers. Équipés de leur rucksacks, de tentes, de toboggans et tout autre matériel nécessaire pour passer une nuit à l’extérieur, les jeunes recrues se mettent en route. Ils pratiquent leur formation tactique et plusieurs nouvelles positions.

Au bout de quelques kilomètres, décision est prise d’envoyer une équipe de reconnaissance pour observer un objectif.

Myriam Coté explique que le but de cette reconnaissance qui se fait au «point avantageux». «C’est un point d’observation. Si on voit des ennemis ou quoi que ce soit, faut qu’on prenne tout en note, les maisons, les chars, tout, tout», chuchote-t-elle pendant l’observation.

Avec toutes ces informations récoltées, ils sont désormais capables d’évaluer les risques d’une prise des lieux, mais cette partie se fera une autre fois, car la mission continue pour les élofs qui doivent se rendre à leur bivouac.

Samedi 23, 16h

Les six sections de l’escadron Tracy prennent possession d’un coin en foret et en font leur bivouac. Pour la plupart d’entre eux, c’est la première fois qu’ils installent une tente… en hiver. Après plusieurs tentatives, le poêle est installé à l’intérieur pour réchauffer un peu la tente. Un élof devra en tout temps le surveiller pour éviter qu’il ne s’éteigne, ne brûle la tente ou que la bouteille de gaz prenne feu (et c’est arrivé durant la nuit!).

Samedi 23, 20h

Plusieurs militaires seniors qui encadrent les plus jeunes font essayer les lunettes de vision de nuit. Cachés dans la foret, il est facile avec ces lunettes de voir des lumières infrarouges, invisibles aux yeux.

Samedi 23, 21h

C’est soirée fondue chinoise dans la tente de la section 5! Après avoir goûté aux rations de survie, rien n’est plus agréable pour la huitaine d’élofs dans la tente que de manger de la «vraie» nourriture.

Dimanche 24, 6h

On plie la tente, le matériel, le range dans le toboggan et la compétition peut enfin commencer.

Divisés en plusieurs équipes, les élèves-officiers s’affrontent dans différentes épreuves.

La première épreuve évalue leur performance dans le dressage et le démontage d’une tente dix hommes. La deuxième épreuve consiste en une course d’une heure en raquette avec un toboggan contenant tout l’équipement militaire hivernal et enfin la dernière épreuve est un exercice de repérage de balise à l’aide d’une carte et d’une boussole.

Finalement, les arbitres attribueront, en milieu de semaine suivante, la première place à l’escadron d’Iberville, suivi par l’escadron Tracy puis l’escadron Richelieu.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.