L’Iran lance un nouveau destroyer dans la mer Caspienne

3
Lancement du destroyer iranien Jamaran 2 (Photo: farsi-khameini-ir)
Lancement du destroyer iranien Jamaran (Photo:  Archives / farsi-khameini-ir)

L’Iran a lancé dimanche son destroyer national construit dans la mer Caspienne, «la première présence militaire forte dans la mer Caspienne, riche en pétrole», soulignait la télévision d’État iranienne.

Le président Mahmoud Ahmadinejad a inauguré le destroyer lance-missiles Jamaran-2 dans la ville portuaire de Bandar Anzali, à environ 250 kilomètres au nord-ouest de Téhéran, en présence du ministre iranien de la Défense, le brigadier-géneral Ahmad Vahidi et du chef d’État-mjor des Forces armées iraniennes, le major-général Hassan Firouzabadi.

Après les tests finaux, selon le rapport, Jamaran-2 rejoindra la flotte navale de l’Iran dans les prochains mois.

Le destroyer de 1 400 tonnes, qui a une aire d’atterrissage pour hélicoptère, a une longueur de 94 mètres et peut naviguer à une vitesse de 30 noeuds. Il est équipé de missiles sol-sol et de missiles sol-air, ainsi que des batteries anti-aériennes et des radars et des terminaux de navigation sophistiqués, selon la télévision officielle iranienne.

Les États riverains de la Mer Caspienne (l’Iran, la Russie, l’Azerbaïdjan, le Kazakhstan et le Turkménistan), ne sont pas parvenus à un accord sur l’exploitation de ses ressources et Téheran n’est pas pour un partage des ressources, se plaignant que les autre pays ne lui laissent que 12% des ressources de la mer Caspienne.

L’Iran avait lancé une version précédente du destroyer Jamaran en 2010 dans le golfe Persique. L’Iran avait entrepris la construction des destroyers Jamaran dans la ville de Bandar Anzali il y a six ans dans le but avoué d’en arriver à contrôler 20% des ressources de la mer Caspienne au lieu des 12% actuels.

Depuis 1992, l’Iran tente de construire une armée autonome, produisant ses propres avions de combat, des chars militaires, des missiles, des sous-marins légers, ainsi que des torpilles.

Voici des images du lancement du destroyer à la télévision iranienne, la narration est en farsi, mais les images parlent d’elles-mêmes.


L’Iran lance un deuxième destroyer Jamaran (Vidéo: télévision officielle iranienne)

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Discussion3 commentaires

  1. Nicolas Deschênes

    Juste pour apporter quelques précision:
    -Ce n’est pas un destroyer mais une frégate, elle s’appelle Velayat et c’est une frégate de la classe Moudge
    -Elle n’est pas équipé de missiles sol-sol, mais mer-mer 😉

    Toutes ces informations se trouvent sur wikipédia et globalsecurity.org
    😀

  2. Jacques N. Godbout

    « Frégate » ou « destroyer ». Même s’il est vrai que la télévision officielle iranienne a dit de ce vaisseau qu’il était un « destroyer », à 1 420 tonnes, c’est un peu léger pour un « destroyer » et, ici, on aurait plutôt dit qu’il s’agissait d’une « frégate ». J’aurais donc dû écrire le mot « destroyer » entre guillemets et préciser ce qu’il en était dans l’article.

    Voici ce qu’en dit globalbal.security.org, que vous citez dans votre commentaire: « Iran calls these ships « destroyers » but they would be classed as a corvette or light Frigate by the reckoning of all other countries. There are no hard and fast rules in these matters, but a Frigate would typically be in the range of about 5,000 tons, and a destroyer would be upwards of 7,500 to 10,000 tons. The American DDG-1000 destroyers displace 14,000 tons. »

    Par contre, ma traduction de « surface to surface » missile n’était pas très heureuse, j’en conviens. Puisqu’il s’agit d’un navire, j’aurais pu écrire, comme vous me le suggérez si bien, « mer-mer ».

    Pour ce qui est du nom, contrairement à ce qu’affirme Wikipédia, le vaisseau de classe Mowdge 1 qui a été lancé ce dimanche 17 mars n’est pas le « Velayat » qui aurait été rebaptisé « Jamaran2 » . Le navire lancé ce 17 mars est bel et bien le « Jamaran 2 » et non le « Velayat », un vaisseau distinct, de classe Mowdge 2, celui-là, si nous avons bien compris ce qu’en dit globalsecurity, qui, avec le communiqué de la télévision officielle iranienne, nous a servi de référence pour cet article.

    « On March 17, 2013 Iran launched a domestically built « destroyer » in the Caspian Sea. President Mahmud Ahmadinejad inaugurated the guided-missile destroyer « Jamaran-2″ in the port city of Anzali, about 250 kilometers northwest of Tehran. », dit-on sur globalsecurity.org.

    D’ailleurs, Mohammad Eslami, l’assistant directeur du Industry and Research Institute du ministère iranien de la Défense, vous l’aurez lu comme moi, a annoncé que l’Iran devrait lancer l’an prochain le « Jamaran 3 ».

    Merci beaucoup de votre intérêt et de vos commentaires fort judicieux, cela fait toujours plaisir!

  3. Nicolas Deschênes

    Je suis content de voir que je me suis trompé sur le nom, j’avais regarder un peu rapidement. Pour ce qui est de « destroyer » il est vrai qu’il n’y a que l’iran qui le nomme ainsi, mais il faut dire que les navires de cette classe sont pratiquement les plus gros navires de leur flotte, alors c’est un peu normal qu’ils décident de nommer ces navires comme destroyer quand on remarque qu’ils sont plus gros que leur « frégate » de 1100 tonnes de classe Alvand.

    Je suis content de voir votre réponses à mon commentaire, je vois les effort que vous mettez pour avoir les informations les plus précise possible 🙂