Mali: attentat suicide à Tombouctou, le kamikaze tué, un soldat blessé

0
La force Serval s’est emparée simultanément de l’aéroport de Tombouctou avec le GTIA 21e RIMa et des abords nord de la ville par le largage des parachutistes du 2e régiment étranger de parachutistes (2e REP) (Photo: EMA)
Fin janvier, les forces françaises et maliennes avaient chassé les islamistes de Tombouctou (2e REP) (Photo: Archives/EMA)

Mise à Jour 31/03/13, 16h00

Au total sept personnes, dont un soldat malien et un civil nigérian, ont été tuées depuis 24 heures à Tombouctou (nord du Mali), où des affrontements se poursuivaient dimanche soir entre soldats maliens appuyés par des Français et d jihadistes infiltrés dans la ville, rapporte l’AFP.

Selon des sources militaires maliennes et une source sécuritaire régionale à Tombouctou (900 km de Bamako), rapporte l’agence française, des djihadistes se sont infiltrés dans la cité historique après l’attentat suicide commis dans la nuit de samedi à dimanche.

Un djihadiste kamikaze s’est tué samedi 30 mars en actionnant sa ceinture d’explosifs après avoir tenté en vain de forcer un barrage militaire à une des entrées de Tombouctou (nord-ouest du Mali), blessant un soldat malien, rapporte l’AFP, citant une source militaire malienne.


«C’est un kamikaze djihadiste qui a actionné sa ceinture d’explosifs après avoir tenté sans succès de forcer le barrage de l’entrée ouest de Tombouctou tenu par les militaires maliens », a déclaré cette source à l’agence française.

Depuis que les troupes françaises et maliennes avaient chassé les islamistes, fin janvier, la situation à Tombouctou avait été relativement calme, contrairement à Gao, dans le nord-est malien, mais, le 21 mars, elle a commencé à se détériorer.

Le 21 mars, une tentative d’incursion d’islamistes à Tombouctou avait commencé par l’explosion d’une voiture piégée, avec un kamikaze à son bord, vers l’aéroport de la cité. Un militaire malien avait été tué, et au moins deux autres blessés, selon une source militaire malienne.

Le 22 mars, le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), un des groupes islamistes ayant occupé le nord du Mali en 2012, avait revendiqué cet attentat à Tombouctou, et avait assuré avoir « ouvert un autre foyer de conflit » dans cette ville.


Face a la presse, le capitaine malien, Samba Coulibaly, faisait de point des opérations militaires dans la nuit du 20 au 21 mars 2013 (Vidéo: Mali Buzz)

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.