Mali: le ministre français de la Défense en visite dans les Ifoghas

0
Le ministre français de la Défense en visite au Mali (Photo: ECPAD)
Le ministre français de la Défense en visite au Mali (Photo: ECPAD)

Alors que la traque des groupes islamistes se poursuit dans le nord-est du Mali, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, s’est rendu, jeudi, dans l’Adrar des Ifoghas pour exprimer son soutien aux troupes françaises.

Une visite-surprise sur fond d’encouragement. Jeudi matin, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a rejoint la vallée de l’Amettetaï, dans le massif montagneux des Ifoghas, pour rencontrer les troupes françaises engagées dans l’Opération Serval. Une manière d’apporter le soutien de la France à l’égard de ses forces déployées sur le territoire malien depuis le 11 janvier dernier.

NOTRE DOSSIER SUR LE MALI >>


«En délogeant les djihadistes de leurs derniers bastions, vous êtes les têtes de pont de cette guerre sans répit que la France a décidé de livrer contre les groupes terroristes qui sévissent encore au Mali», a-t-il ensuite déclaré aux militaires français à l’aéroport de Tessalit, selon un communiqué du ministère.

«Sur vous, ainsi que sur nos frères d’armes tchadiens, dont je sais les souffrances et dont je salue le grand courage, repose désormais une grande part du succès de  l’opération Serval», a-t-il ajouté.

«La détermination de la France est totale»

Car cette opération ne cesse d’avancer. Si les forces françaises et tchadiennes font face à la résistance féroce des groupes islamistes, leur avancée laisse présager des progrès indéniables dans la poursuite des combats.

Si Jean-Yves Le Drian a assuré, au micro de France 24, que «la mission n’est pas finie», la Défense française a maintenu le cap en rappelant que «la détermination de la France […] pour rendre sa souveraineté à l’État et au peuple malien est totale».

Le ministre français s’est ensuite rendu à Gao, où il a été accueilli par le chef d’état-major des armées maliennes, le général Ibrahim Dahirou Dembélé, ainsi que de hauts gradés des armées française et malienne.

Un hommage aux quatre soldats français tués

Dans cette ville terrassée par les affrontements récents entre les forces de l’Opération Serval et les groupes islamistes, Jean-Yves Le Drian a tenu à témoigner de sa «fierté» devant environ 250 soldats entonnant l’hymne national français.

«Je suis fier d’être ministre de la Défense avec des forces qui se conduisent comme elles se conduisent ici», a-t-il déclaré à l’aéroport de Gao, ce jeudi après-midi, saluant «les qualités professionnelles, le courage, le sang-froid, le don de soi» des soldats français «jusqu’au don de [leur]vie».

Le ministre français a ainsi rendu hommage aux quatre militaires de l’armée tricolore décédés depuis le début des opérations. «Au-delà de ces quatre morts, c’est l’engagement de la France que vous portez, l’engagement pour nos valeurs», a-t-il martelé, assurant que l’Opération Serval irait jusqu’à son terme.

Des enfants-soldats œuvrent pour AQMI

Pour preuve, les forces françaises poursuivent leur traque dans le massif des Ifoghas. Après avoir repéré quatre djihadistes dans la vallée de l’Amettetaï, une patrouille de parachutistes français a notamment découvert la présence d’enfants-soldats au sein des membres d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), comme le raconte Didier François, envoyé spécial d’Europe 1 dans la région.

«Il semblerait que les djihadistes avaient recruté, qu’on pourrait traduire par «enlevé», un nombre important d’enfants qu’ils ont armés, entraînés pour les utiliser. Ça confirmerait qu’AQMI ait un dispositif pas aussi vertueux que l’on imaginait», a ainsi affirmé le colonel Desmeulles au micro de la radio française.

Arrêtés puis examinés par un médecin, les deux enfants-soldats rencontrés lors de cette intervention ont ensuite été évacués au quartier général avant d’être remis à la Croix-Rouge internationale.

Alors qu’il doit se rendre à Bamako jusqu’à vendredi soir pour notamment rencontrer le président malien par intérim, Dioncounda Traoré, et son Premier ministre, Diango Cissoko, Jean-Yves Le Drian a donc pu constater le travail fourni par les forces françaises dans cette guerre face aux groupes armés islamistes.

Une guerre entamée il y a près de deux mois et qui se concentre désormais dans le nord-est du pays, théâtre d’affrontements récurrents et violents en vue de reconquérir «l’intégrité» du Mali.


«Mali: des enfants « armés »» (Vidéo: Europe1)

Journaliste pour 45eNord.ca, Gaëtan Barralon étudie les nouvelles pratiques journalistiques à l'Université Lumière Lyon 2 (France). Titulaire d'une licence en Information­-Communication, Gaëtan s'intéresse aux enjeux internationaux à travers l'analyse des différents conflits mondiaux.

Les commentaires sont fermés.