Mali: un djihadiste français arrêté et extradé vers Paris

0
Un deuxième djihadiste français est actuellement extradé vers la France après son arrestation dans la vallée de l'Ametetaï (Photo: ECPAD/EMA)
Un deuxième djihadiste français est actuellement extradé vers la France après son arrestation dans la vallée de l’Ametetaï (Photo: ECPAD/EMA)

Quelques jours après l’arrestation d’un groupe de cinq djihadistes dans le massif des Ifoghas, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a confirmé qu’un français se trouvait parmi eux. Ce dernier sera extradé vers la France «dans les moments qui viennent».

Interrogé sur les antennes d’Europe 1, Jean-Yves Le Drian a confirmé les informations révélées, il y a quelques jours, par le quotidien français Libération. «Nous avons fait un prisonnier français qui va être extradé vers la France dans les moments qui viennent», a ainsi déclaré le ministre français de la Défense depuis Bamako où il rend visite, ce vendredi au président malien par intérim, Dioncounda Traoré, et son premier ministre, Diango Cissoko.

NOTRE DOSSIER SUR LE MALI >>


Il y a donc bien un djihadiste français parmi les combattants islamistes retranchés dans l’Adrar des Ifoghas. Arrêté en compagnie de quatre autres rebelles, il ferait partie des «seconds couteaux» et ne devrait pas être en mesure de donner des renseignements sur le sort des otages français détenus dans la région.

«Cela montre qu’il y avait là la constitution d’une espèce de filière terroriste de guerre qui pouvait accueillir certains jeunes en quête d’un destin radical comme certains ont pu aller auparavant en Afghanistan ou en Syrie», a ajouté Jean-Yves Le Drian au lendemain de sa visite-surprise aux forces françaises dans le Nord-Est du pays.

Un deuxième djihadiste français déjà en France

Il s’agit là du deuxième djihadiste français arrêté au Mali. Interpellé le 4 novembre dernier à Sévaré, le premier, Ibrahim Aziz Ouattara, a été extradé vers la France, ce mardi. Né à Aubervilliers, ce français d’origine malienne est depuis interrogé dans les locaux de la Direction centrale du Renseignement intérieur (DCRI) français.

S’il ne faisait pas partie des combattants actuels au Mali, ce jeune homme de 25 ans est soupçonné d’avoir cherché à rejoindre des groupes djihadistes opérant dans la région. Déjà arrêté en France, en 2010, étant suspecté de vouloir commettre un attentat contre le recteur de la Grande Mosquée de Paris, il avait réussi à rejoindre le Mali malgré sa liberté sous contrôle judiciaire.

«Recherché par les services de police» et «retrouvé par la police malienne», Ibrahim Aziz Ouattara avait effectué deux précédents voyages, au Pakistan et au Yémen, faisant craindre un rapprochement délibéré vers l’organisation terroriste Al-Qaïda.

Évoquant le nombre de djihadistes français ayant rejoint les rangs des groupes islamistes au Mali, Jean-Yves Le Drian a assuré qu’«ils sont peu nombreux, pour l’instant, nous n’en avons identifié que deux».

Mais en août dernier, un français, Cédric Lobo, avait été arrêté par les autorités nigériennes, à Niamey alors qu’il tentait de rejoindre les groupes djihadistes sur le territoire malien. Quatre de ses complices ont été interpellés, le 5 février dernier, en région parisienne, deux d’entre eux ayant été écroués.

En attendant, la traque des djihadistes se poursuit dans le Nord-Est du pays. «Nous avons affaire à des terroristes tout à fait déterminés, armés, qui provoquent des combats significatifs avec des dégâts importants que nous avons pu leur infliger», a ainsi conclu le ministre français de la Défense pour qualifier la violence des affrontements actuels en vue de rétablir l’intégrité du Mali.

Journaliste pour 45eNord.ca, Gaëtan Barralon étudie les nouvelles pratiques journalistiques à l’Université Lumière Lyon 2 (France). Titulaire d’une licence en Information­-Communication, Gaëtan s’intéresse aux enjeux internationaux à travers l’analyse des différents conflits mondiaux.

Les commentaires sont fermés.