Mort de Belmokhtar: «Une rumeur répétée n’est pas une information», déclare Le Drian

0
Les combats se poursuivent dans l'extrême nord-est malien où sont réfugiés les rebelle (Photo: Magharebia, WikiCommons)
Les combats se poursuivent dans l’extrême nord-est malien où sont réfugiés les rebelles (Photo: Magharebia, WikiCommons)

Jean-Yves Le Drian, ministre français de la Défense, a invité ce dimanche 3 mars à la prudence après les annonces par N’Djamena de la mort des chefs djihadistes Abou Zeid et Mokhtar Belmokhtar.

Le ministre français de la Défense a donné une interview au journal toulousain La Dépêche du Midi qui devait paraître ce lundi 4 mars et que son ministère a rendue publique.

Dans cette entrevue, où le ministre réagissait notamment à la mort d’un troisième militaire français au Mali, lorsqu’interrogé sur les affirmations des Tchadiens, qui disent avoir tué les deux chefs terroristes, le ministre a déclaré: «Une rumeur répétée à l’envie ne fait pas une information, et le ministre de la Défense ne doit pas parler au conditionnel. J’en appelle à la prudence et à l’esprit de responsabilité à l’égard d’indications que nous ne sommes pas en mesure de confirmer matériellement à ce stade.»

Mokhtar Belmokhtar, «l’émir du Sahel», surnommé «Le borgne», est sans doute le terroriste le plus recherché du continent africain. Il a pendant près d’un an imposé aux Maliens du Nord la charia totale. C’est aussi lui qui était l’instigateur et le cerveau de la sanglante prise d’otages du 16 janvier sur le site gazier d’In Amenas en Algérie.

Par ailleurs, des islamistes, dont des membres du groupe de Belmokhtar, ont démenti la mort de Belmokhtar et affirmé qu’il devrait se manifester prochainement.

L’Algérien Mokhtar Belmokhtar serait donc probablement toujours en vie a fait savoir le 3 mars le SITE,  un centre qui se consacre à la surveillance des sites islamistes. Site est une organisation non-gouvernementale basée aux États-Unis qui dépiste l’activité sur Internet par du renseignement de sources ouvertes des organisations terroristes.

Il est «en vie et bien portant, et il conduit en personne la bataille», a déclaré un participant dans son message sur un des sites qui fait l’objet de surveillance de l’organisation. Toujours selon le même participant dont la communication a été interceptée par SITE, Belmokhtar va se manifester prochainement en diffusant un message confirmant qu’il est bien en vie.

Pour l’instant, morts ou vivants, l’annonce par les tchadiens de la morts des chefs terroristes Abou Zeid et Mokhtar Belmokhtar n’a été confirmée, ni par Paris, ni par Alger, ni par Bamako, même si les États-Unis ont dit de cette nouvelle qu’elle était crédible.


Le 2 mars, les Tchadiens annonçaient la mort de Mokhtar Belmokhtar (Vidéo: Reportage Tube)

À lire aussi:

Qui était le chef terroriste Belmokhatar que les Tchadiens disent avoir tué? >>

Abou Zeid, le chef d’AQMI tué au Mali, toujours pas de confirmation de la France >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.