Nouveaux navires: signature d’un «contrat de définition» avec Irving Shipbuilding

1
Un nouveau contrat pour le chantier naval d'Halifax (Photo: Irving Shipbuilding)
Un nouveau contrat pour le chantier naval d’Halifax (Photo: Irving Shipbuilding)

Le gouvernement fédéral vient de signer un contrat avec le chantier naval Irving Shipbuilding pour la définition des futurs navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique (NPEA).

La valeur du contrat est estimée à près de 300 millions $ et aura pour but de peaufiner et achever la conception des navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique pour que ces derniers soient prêts à la production avant 2015.

La période du contrat de définition est de 30 mois, et les travaux de construction des navires devraient commencer d’ici 2015.

Une fois exécuté, le contrat de définition permettra à Irving Shipbuilding de savoir exactement quoi construire et comment procéder pour y arriver. Selon Travaux publics et Services gouvernementaux Canada, cette approche permettra de s’assurer que dès la signature du contrat de construction, les travaux de construction des navires commenceront. De plus, des travaux seront entrepris pour améliorer et mettre à niveau le chantier naval d’Irving Shipbuilding pour permettre la construction des navires en 2015.

«Les navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique représentent une nouvelle capacité pour la Marine royale canadienne, qui aidera à réussir les missions, soit celle de patrouiller nos trois littoraux et de protéger notre souveraineté», a déclaré Kerry-Lynne D. Findlay, ministre associée de la Défense nationale. «Nous sommes engagés envers le travail complexe de reconstruire la flotte de surface de la Marine, de créer des emplois rémunérateurs dans le domaine de la marine et de garantir que le travail sera bien fait.»

Le 19 octobre 2011, le gouvernement canadien avait annoncé avoir choisi Irving Shipbuilding Inc. pour la construction de 21 navires de combat et Vancouver Shipyards Co. Ltd. pour sept navires non destinés au combat. La valeur totale des deux lots de construction est évaluée à 33 milliards $ par le gouvernement, qui estime aussi que les projets s’étendront sur 20 à 30 ans, «créant ainsi 15 000 emplois directs et indirects dans l’industrie canadienne de la construction navale».

Le 10 juillet 2012, le gouvernement a annoncé l’attribution d’un contrat préliminaire de 9,3 millions $ à Irving Shipbuilding Inc. Au titre de ce contrat préliminaire, Irving Shipbuilding Inc. a examiné les plans et les devis conçus au Canada en lien avec les navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique, a élaboré une stratégie d’exécution et a présenté une proposition décrivant en détail la portée et la valeur du contrat de définition subséquent.

Mi-février, des sources ont indiqué à Radio-Canada que le principal risque dans l’industrie navale militaire, l’inflation, a été plus que sous-estimé par le gouvernement dans son projet d’achat.

Selon David Perry, analyste à l’Institut de la conférence des Associations de la défense, le taux d’inflation annuel dans la construction de navires militaires varie entre 7 % et 11 %.

Or, selon des informations obtenues par Radio-Canada, la Marine royale canadienne n’aurait prévu une inflation d’à peine 2,7 %.

À lire aussi:

Encore plus chers les futurs navires de la Marine royale canadienne? >>

La Stratégie en matière de construction navale, le respect des coûts avant tout >>

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d’exercices ou d’opérations, au plus près de l’action.
#OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

DiscussionUn commentaire

  1. Pourquoi ce gouvernement ne pense pas pas aux navires ravitailleurs et les fregates en premier, elles sont plus importantes que ces chaloupes insignifiante