Obama réconcilie les gouvernements turcs et israéliens

2

Barack Obama aura réussi à réconcilier, ce vendredi 22 mars, Israël et la Turquie, en froid depuis 2010, à la suite de l’affaire du Mavi Marmara, ce navire qui avait appareillé de Turquie pour tenter de forcer le blocus naval de Gaza et que les Israéliens avaient dû arraisonner, causant la mort de neuf Turcs.

Juste avant le départ de l’avion du président américain pour la Jordanie, où il doit rencontrer le roi Abdullah II, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a présenté ses excuses par téléphone au chef du gouvernement turc Recep Tayyip Erdogan pour la mort de neuf Turcs lors de l’arraisonnement de la flottille.

Les premiers ministres turc et israélien ont convenu de normaliser les relations entre les deux pays.

Au point de presse qui a suivi, à bord de l’avion présidentiel, les porte-paroles américains ont accepté de préciser ce qui a été dit lors de ce bref échange téléphonique entre les chefs des gouvernements turc et israélien.

Netanyahu a ainsi déclaré qu’il regrettait que cet incident [l’affaire du Marmara] ait conduit à une détérioration de leurs relations, et aussi, à la lumière de l’enquête israélienne sur cet incident, qui a révélé des erreurs opérationnelles, il a déclaré qu’au nom d’Israël, il s’excusait pour les morts que ces erreurs opérationnelles ont causé.

Le Premier ministre Erdogan a déclaré, quant à lui, qu’il appréciait ces remarques, et, au nom de la Turquie, a accepté ces excuses, ajoutant qu’il chérissait la relation de longue date entre la Turquie et Israël, entre les juifs et la Turquie, et qu’il voulait aussi avoir une meilleure relation.

Dernière étape de la visite d’Obama

Aujourd’hui, le président américain avait assisté à une cérémonie au Mont Herzl, où il s’est recueilli sur la tombe du père du sionisme Thédore Herzl et celle du président et artisan de la paix assassiné Yitzhaq Rabin.

Il avait ensuite rendu visite au musée de l’Holocauste (Yad Vashem), puis, dans l’après-midi, s’était rendu à l’église de la Nativité.

Jeudi, dans un discours émouvant devant des milliers de jeunes Israéliens à Jérusalem, le président américain avait exhorté Israël et les Palestiniens à choisir la paix.

«Le but de la visite d’Obama en Israël a été atteint: il a gagné le coeur des Israéliens», écrivait vendredi le quotidien israélien Haaretz.«Obama a choisi d’appeler les jeunes à se révolter contre la classe politique. Les politiques ne le feront pas [agir pour la paix avec les Palestiniens]».


Le président Obama s’adresse aux Israéliens jeudi 21 mars à Jérusalem (Vidéo: Maison Blanche)

La veille, les Palestiniens s’étaient montré déçu de la visite d’Obama. Selon ce que rapportait l’agence de presse palestinienne Maan, le président américain Barack Obama aurait minimisé jeudi lors de son passage à Ramallah l’importance de la poursuite de la construction de colonies israéliennes comme obstacle au processus de paix lorsqu’il a appelé les Palestiniens à reprendre les négociations.

Le secrétaire d’État américain, qui accompagne le président dans sa visite de trois jours au Moyen-Orient, doit pour sa part revenir samedi soir à Jérusalem, après la visite de 24 heures en Jordanie, afin de discuter des prochaines étapes du processus de paix avec M. Netanyahu.

À lire aussi:

Obama déçoit les Palestiniens >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Discussion2 commentaires