Pour gagner le cœur des Afghans, la police et l’armée afghane soignent leurs animaux

0
Clinique de soins d'animaux dans le district de Mya Neshin, en Afghanistan (Photo: ISAF)
Clinique de soins d’animaux dans le district de Mya Neshin, en Afghanistan (Photo: ISAF)

En Afghanistan, du 17 au 20 mars, le chef de district de la police de Mya Neshin, dans la province de Kandahar, Abdul Satar, a organisé un cours et une clinique de soins vétérinaires de quatre jours, apprend-on sur le site de la Force internationale d’assistance et sécurité des Nations-Unies.

Deux «para-vétérinaires» ont ainsi formés 18 membres de l’Armée nationale afghane (ANA), de la Police en uniforme afghane (AUP) et de la police locale afghane (ALP) aux techniques de diagnostics, à l’anatomie et au traitement des maladies chez les animaux

Les forces afghanes ont à cette occasion appris à administrer des vermifuges et des vaccins pour prévenir les maladies courantes, y compris la fièvre aphteuse qui, en Afghanistan, limite considérablement la production de bétail et empêche l’exportation de produits d’origine animale à des pays limitrophes.

Au cours de cette clinique, le chef de police Satar, les forces afghanes et les para-vétérinaires ont accueilli les propriétaires de bétail du district de Mya Neshin et les ont aidé à conduire leur troupeau à la salle d’examen.

«C’est la première fois que des para-vétérinaires viennent dans notre district et c’est important pour la santé de nos animaux», a déclaré le chef de police qui organisait cette clinique, ajoutant : «Je suis fier de voir les para-vétérinaires afghans et les forces de sécurité aider nos gens.»

Environ 500 animaux, y compris des moutons, des chèvres, des vaches et des ânes ont reçu des vitamines, des vaccins et des bilans de santé généraux.

«J’ai vraiment aimé apprendre sur l’anatomie des animaux et je suis très heureux d’être en mesure d’aider les gens de Mya Neshin à traiter leurs animaux», a déclaré un soldat de l’Armée nationale afghane qui venait d’être formé aux techniques vétérinaires.

À la fin de la clinique de quatre jours, des médicaments ont aussi été distribués aux fermiers et aux éleveurs pour contrôler la propagation des parasites chez leurs animaux.
«Je suis ravi que les para-vétérinaires soient venus à Mya Neshin pour aider à prendre soin de nos animaux», a déclaré pour sa part un ancien du village de Khusnay Karez, ajoutant: «Depuis que la formation a été donnée aux membres de l’ALP, de nouveaux peuvent être animaux traités, même après le départ des vétérinaires.»

Pour aider l’économie afghane, soigner les animaux

L’idée d’aider les Afghans à soigner leur animaux n’est pas nouvelle.

L’Afghanistan est une nation d’agriculteurs, et plus de 80 pour cent de la population vit dans les zones rurales et dépendent de l’élevage (moutons, chèvres, bovins, chevaux, ânes, chameaux, et poulets) pour se nourrir nourriture et gagner sa vie.

La santé du bétail est essentiel pour la survie de nombreux Afghans, mais un manque de soins vétérinaires entraînent souvent la mort précoce des animaux et des pertes importantes de revenus.

Pour offrir à prix abordables des soins vétérinaires accessibles, l’Agence américaine pour le développement international (USAID) a mis en place un réseau de soins vétérinaires sur le terrain en collaboration avec des entreprises privées qui fournissent des services de santé animale, de prévention et de traitement pour les communautés rurales.

La USAID est l’agence du gouvernement fédéral américain responsable de l’administration de l’aide étrangère.

Des «Unités vétérinaires de terrain», en anglais «Veterinary Field Units», VFU, sont mis en place dans le cadre du Programme de l’USAID de promotion de l’agriculture durable (ASAP), en partenariat avec le Comité néerlandais pour l’Afghanistan, les Partenaires dans la revitalisation et la construction, et l’Afghanistan Veterinary Association.

Les VFU regroupent des vétérinaires, assistants vétérinaires et para-vétérinaires qui utilisent une approche communautaire pour donner des conseils, guérir des maladies, et administrer des vaccins fiables et de qualité et des médicaments pour le bétail.


Les «Unités vétérinaires de terrain» de la USAID (Vidéo : USAID Afghanistan)

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.