Pour le Pentagone, les coupes budgétaires sont plus dangereuses qu’Al-Qaïda

2
Le nouveau secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, deuxième à partir de la gauche, en réunion au Pentagone dans le "Tank" avec le général martin Dempsey, le chef d'État-major interarmées, deuxième à partir de la droite, et les généraux John Paxton, à gauche et Ray Odierno, à droite, respectivement commandant adjoint du Corps des marines et chef d'État-major de l'Armée ( Photo: D. Myles Cullen, DoD)
Le nouveau secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, deuxième à partir de la gauche, en réunion au Pentagone dans le « Tank » avec le général martin Dempsey, le chef d’État-major interarmées, deuxième à partir de la droite, et les généraux John Paxton, à gauche et Ray Odierno, à droite, respectivement commandant adjoint du Corps des marines et chef d’État-major de l’Armée ( Photo: D. Myles Cullen, DoD)

Al-Qaida, la prolifération nucléaire, les cyber-menaces, oubliez ça! De la petite bière comparée au vrai danger: les coupes budgétaires, si on en croit les responsables de la Défense américaines, représentent la vraie menace à la sécurité nationale.

Ces dernières années, le président Obama et les deux partis au Congrès, les Républicains et les Démocrates, ne sont pas arrivés à s’entendre sur la façon de réduire le déficit, les Républicains ne jurant que par les réductions de dépenses, les Démocrates par l’augmentation des taux d’imposition, et le président préconisant, quant à lui, une approche équilibrée, soit tout à la fois des réductions de dépenses et des hausses des taux d’imposition pour les plus riches.

En 2001, lors de la crise du plafond de la dette, que les Républicains refusaient de hausser, au risque de plonger le pays dans une crise sans précédant, les Démocrates et les Républicains ne sont parvenus à un déblocage momentané de la situation qu’en adoptant une loi prévoyant que, s’ils ne pouvaient toujours pas pas se mettre d’accord d’ici 2013 sur un plan visant à réduire le déficit d’au moins 4 milliards de dollars, il y aurait, à compter de 2013, des compressions budgétaires entraînant des coupes automatiques et sans distinction dans tous les programmes.

Comme il fallait s’y attendre, Républicains et Démocrates ne sont pas entendus et des coupes automatiques et arbitraires vont maintenant amputer le budget de la Défense, compromettant, dit le Pentagone, les capacités militaires de l’Amérique.

Le nouveau chef du Pentagone avait averti mercredi dernier, 27 février, que le gel automatique de 46 milliards $ pour la Défense, risquait d’empêcher les États-Unis de mener à bien ses missions militaires.

Pour les responsables américains de la Défense, l’instabilité budgétaire et la perspective d’aussi grandes réductions des dépenses, faites indistinctement de surcroît, représentent une véritable menace à la sécurité nationale.

La formation, l’entraînement, le nombres d’heures de vol, pour les avions, de jours de navigation pour les navires, tout y passe…mettant ainsi en péril, disent les responsables militaires, l’efficacité et la disponibilité opérationnelle des forces armées. .

Le ministère américain de la Défense, sur son site, consacre des dizaines et des dizaines d’articles à ce sujet  et, dans un message vidéo aux membres des forces armées, le 2 mars, le chef d’État-major interarmées, le général Martin Dempsey, va même jusqu’à déclarer: «Nous comprenons la situation difficile dans laquelle nous allons vous placer. Nous comprenons les difficultés que vous pourriez avoir [et]nous comprenons l’incertitude et l’angoisse que cela peut apporter.»


Message du chef d’État-major interarmées sur les coupes budgétaires (Vidéo: DoD)

À lire aussi:

Coupes à la Défense américaine: «toutes les missions sont menacées» >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Discussion2 commentaires

  1. Je m'appelle Cyril Domenger et je suis français. Une entreprise appelé Schneider Electric à Libourne a un rapport avec les attentats du 11 septembre. J'ai envoyé récemment mon rapport au Pentagone à traduire dans votre langue. Tout est détaillé. Je suis le sauveur. Aussi je n'arrive pas à les arrêter et moi je suis en train de mourir alors que je n'ai que 32 ans. Cette entreprise m'a fait un attentat dans le dos et je me suis fait viré. Des extraterresstres noirs qui peuvent prédires sont descendu me taper sur le coin de la gueule. Je suis l'élu Prodige de France et j'ai besoin de renfort immédiatement. Merci.