Qui était le chef terroriste Belmokhatar que les Tchadiens disent avoir tué?

1

130303-Belmokhtar

L’armée tchadienne a annoncé avoir tué, samedi 2 mars, le chef islamiste Mokhtar Belmokhtar dans le nord du Mali, après avoir déclaré la veille vendredi avoir éliminé l’un des principaux chefs d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), Abdelhamid Abou Zeid, rapporte l’AFP, citant un communiqué de l’armée tchadienne.

«Les forces tchadiennes au Mali ont détruit totalement la principale base des djihadistes dans le massif de l’Adrar des Ifoghas, plus précisément dans la vallée d’Ametetai», samedi à 12h00, heure du Mali, dit le communiqué qui ajoute que plusieurs terroristes ont été tués, dont le chef terroriste Mokhtar Belmokhtar.

La veille, vendredi 1er mars, le président tchadien Idriss Déby avait annoncé qu’Abdelhamid Abou Zeid avait également été tué par l’armée tchadienne, mais ni Paris, ni Bamako n’ont jusqu’à présent confirmé la nouvelle.

Si les deux morts étaient confirmées, celle de Belmokhtar et celle d’Abou Zeid, cela constituerait un sérieux revers pour les djihadistes dans la région saharienne.

Quant à lui, Mokhtar Belmokhtar, un ex-chef dissident d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), avait formé sa propre unité combattante.

Mokhtar Belmokhtar, «l’émir du Sahel», surnommé «Le borgne», est (ou était, s’il a vraiment été tué) le terroriste le plus recherché du continent africain. Il a pendant près d’un an imposé aux Maliens du Nord la charia totale. C’est aussi lui qui était l’instigateur et le cerveau de la sanglante prise d’otages du 16 janvier sur le site gazier d’In Amenas en Algérie.

Mokhtar Belmokhtar, alias Khaled Abou el-Abbas est né le 1er juin 1972 dans la ville de Ghardaia en Algérie, tout comme Abou Zeid. C’est lui qui est le lien entre les groupes salafistes algériens tels le Groupe Islamiste armé (GIA), et le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), et les différents moudjahidines et trafiquants de drogue de la région. C’est aussi lui qui avait obtenu la reconnaissance d’Aqmi par Al-Qaeda.

Dans les faits d’armes de Belmokhatar, on dénombre aussi de  nombreuses attaques et prises d’otages contre des touristes et employés occidentaux.

Pendant l’occupation du nord malien par les islamistes, le quartier général de ce maître terroriste était à Gao, là justement où, après avoir été chassés par l’intervention militaire française, les islamistes multiplient présentement les actes de guérilla, attaques suicides et même, attaques éclairs en pleine ville.

Quand il régnait en maître sur Gao, Belmokhtar avait fait venir au Mali les Shebabs de Somalie et les rebelles de Boko Haram du Nigéria.


Qui est (ou était) Mokhtar BelMokhtar? (Vidéo: Reportage Tube)

À lire aussi:

Abou Zeid, le chef d’AQMI tué au Mali, toujours pas de confirmation de la France >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.