Semblant ivre, le maire de Toronto, Rob Ford, est prié de quitter un gala militaire

0
Cérémonie de remise de prix du NCSM York (Photo:  Archives/Réserve navale)
Cérémonie de remise de prix du NCSM York (Photo: Archives/Réserve navale)

Le maire de Toronto, Rob Ford, a été prié de quitter le «Bal de la Garnison», une soirée de gala des Forces armées canadiennes le mois dernier, parce que les organisateurs craignaient qu’il ne soit en état d’ébriété, rapporte aujourd’hui un quotidien torontois.

C’est un secret de polichinelle à l’Hôtel de Ville de Toronto que le maire a des problèmes d’alcool. Un quotidien torontois rapporte que d’anciens membres ainsi que des membres actuels du personnel politique du maire Ford ont tenté à plusieurs reprises depuis deux ans de convaincre le maire de chercher de l’aide pour venir à bout de ces problèmes mais que toutes leurs tentatives ont été repoussées.

Si on en croît ce que rapporte le Toronto Star, cette fois, il se serait présenté le mois dernier à un important dîner de gala militaire, le «Bal de la Garnison», alors qu’il n’était pas en pleine possession de toutes ses facultés.

Le «Bal de la Garnison» est un évènement annuel qui réunit environ 800 membres de la marine, de l’aviation et de l’armée dans la région du Grand Toronto pour, dit le site de l’évènement, «une soirée d’apparat et de camaraderie.»

Ce dîner de gala est un évènement de toute première importance pour la communauté militaire de Toronto.

Cette année, il était organisé par l’équipe du navire de la Réserve navale NCSM YORK. Stratégiquement situé au bord du lac de Toronto, le NCSM YORK est le foyer de plus de 200 réservistes à temps partiel et à temps plein qui ont une longue histoire de liens avec la communauté locale et au service du Canada et outre-mer.

Le «Bal de la Garnison» se tenait ainsi cette année au Liberty Grand, sur le site même de la bataille de York en 1813.

Ce dîner de gala annuel est doublement important parce qu’il vient aussi en aide à l’organisme «Wounded Warriors» pour lequel il recueille des fonds.

Fondée en 2006, le «Wounded Warriors Canada» est un organisme à but non lucratif qui aide les membres des Forces canadiennes – qu’ils soient à temps plein ou réservistes – qui ont été blessés ou blessés lors de leur service militaire.

Grâce à un large éventail de programmes ou de services, l’organisme aide à trouver des solutions aux problèmes. «Actuellement», dit le site de l’organisme, l’objectif principal «est la santé mentale et, en particulier, l’impact dévastateur de stress post-traumatique, […] lié au stress opérationnel.».

Plus largement, le mandat de «Wounded Warriors» est d’aider les anciens combattants dans le besoin toute leur transition vers la vie civile.

Étaient présents à l’évènement le ministre de la Défense nationale, Peter MacKay, le chef d’état-major de la Défense, le général Tom Lawson, et le vice-amiral Paul Maddison, commandant de la Marine royale du Canada.

Le maire Ford, quant à lui, est arrivé tard pour le cocktail et le dîner. Il parlait de façon décousue et incohérente, écrit le quotidien torontois dans son édition d’aujourd’hui, ce qui auraient inquiété certains des invités et amené les organisateurs à lui demander de partir.

Toujours selon le «Star», trois membres du comité d’organisation ont demandé au maire de la ville-reine de partir parce qu’il ne semblait en pleine possession de toutes ses facultés: «Il semblait , soit ivre, soit intoxiqué, soit éprouver des problèmes médicaux», aurait un des organisateurs.

Invité les années précédentes au «Bal de la garnison», il n’ y avait encore jamais participé et, cette année, c’était donc la première fois qu’il était présent à ce gala annuel.

Ford a été présent au dîner environ une heure. À un moment donné, il a trébuché et faillit tomber dans l’escalier près des toilettes. Finalement, il a réussi à parvenir jusqu’à la table qui lui était réservé, suivi par son chef de cabinet, Mark Towhey, un ancien capitaine d’infanterie des Forces canadiennes et… conseiller en gestion de crise.

Interrogé par le quotidien torontois, des militaires présents auraient déclaré que le comportement du maire les avaient offensé , un organisateur allant jusqu’à déclaré que c’était là un «manque de respect envers l’évènement».


Ford nie mais ne poursuivra pas le «Toronto Star» (Vidéo: Humber News)

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.