Un avion de chasse iranien a tenté d’intercepter un drone américain

0
Un MQ-1B sur la piste à la Base Bald en Irak, en 2010, se prépare à s'envoler pour une mission de routine. Le MQ-1B est un avion sans pilote qui effectue des missions d'appui aérien rapproché, d'interdiction aérienne, et des missions de renseignement, de surveillance et de reconnaissance. (Photo: Senior Airman Matt Coleman-Foster, US Air Force)
Un MQ-1B sur la piste à la Base Bald en Irak, en 2010, se prépare à s’envoler pour une mission de routine. Le MQ-1B est un avion sans pilote qui effectue des missions d’appui aérien rapproché, d’interdiction aérienne, et des missions de renseignement, de surveillance et de reconnaissance. (Photo: Senior Airman Matt Coleman-Foster, US Air Force)

Un avion de chasse iranien a tenté cette semaine d’intercepter un drone sans armes qui effectuait un vol de surveillance de routine dans l’espace aérien international, a annoncé le Pentagone.

L’Iran a envoyé, mardi 12 mars, un avion de chasse F-4 Phantom 2 pour tenter d’intercepter l’avion sans pilote MQ-1. « Le point de rapprochement entre les deux appareils était d’environ 16 miles», a déclaré quelques jours plus tard le porte-parole du ministère américain de la Défense, George Little. [ NDLR: 16 miles marins = environ 29 km].

Deux avions militaires américains escortaient le Predator, et l’avion iranien a rompu la poursuite après un avertissement verbal.

«Tous les avions américains restent dans les eaux internationales, à tout moment», a aussi précisé le porte-parole américain.

En novembre dernier, un avion iranien avaient ouvert le feu sur un drone américain dans la mer d’Arabie. L’avion iranien avait tiré sur le drone deux missiles …qui avaient raté la cible.

Après cet incident, le gouvernement américain a informé le gouvernement iranien que son comportement était inacceptable. Le chef d’État-major interarmées américain, le général Martin Dempsey, avait déclaré à l’époque que les forces américaines allaient continuer ces missions de surveillance et veilleraient à protéger leurs appareils.

En 2011, un drone RQ-170 de surveillance, géré cette fois par la CIA, plutôt que les militaires, s’était écrasé en Iran au cours d’une mission que l’on croyait avoir été destinée à cartographier les sites nucléaires iraniens suspects.

Cet évènement a été porté à l’attention du public par l’Iran, qui avait alors annoncé avoir mené une attaque cybernétique contre le drone et l’avoir ainsi guidé jusqu’à l’atterrissage. Les responsables américains, pour leur part, ont plutôt déclaré que le drone s’était écrasé après une défaillance technique.

Quoiqu’il en soit, ces épisodes illustrent bien les probabilités de frictions, voulues ou non, entre les drones américains et les avions de chasse iraniens dans la zone du Golfe Persique, où la situation pourrait devenir assez…volatile (sans jeu de mots).


L’Iran tente d’intecepter un drone américain (Vidéo: CNN)

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.