Un ex chef de cabinet de Clinton critique la politique d’assassinats par drones d’Obama

0
John Podesta, ex chef de cabinet de Bill Clinton (Photo: CAP)
John Podesta, ex chef de cabinet de Bill Clinton (Photo: CAP)

Un démocrate en vue, John Podesta, a publié dans l’édition du mercredi 13 mars du Washington Post un billet où il demande au président américain de rendre public tous les documents ayant servis l’établissement de la politique d’assassinats ciblés par drones de l’administration Obama.

«En refusant de dévoiler au Congrès les règles et les justifications qui régissent un programme qui a mené à près de 400 frappes de drones sans pilote et tué au moins trois citoyens américains dans les quatre dernières années, le président Obama ignore le système de freins et contrepoids (checks and balances) qui a gouverné notre pays depuis ses premier jours. En cachant cette information aux Américains, il sape la capacité de la nation [américaine] à être un leader sur la scène internationale et agit en contradiction avec les principes démocratiques que nous tenons pour importants», écrit-il dans le Washington Post.

La semaine dernière, dans son témoignage devant le Comité judiciaire du Sénat, le ministre américain de la Justice, Eric Holder, a d’ailleurs admis que l’administration Obama est aux prises avec le problème de la divulgation de l’information programme d’assassinats ciblés. Le président lui-même, dans son discours sur l’état de l’Union le 12 février dernier, a parlé de la nécessité de transparence.

Après un examen de la politique d’assassinats ciblés par la commission du renseignement du Sénat, un filibuster de 13 heures menée par le sénateur républicain Rand Paul avant la confirmation à la tête de la CIA de John Brennan, l’architecte du programme américain de drones, et l’admission par la maison Blanche que le président n’a pas le pouvoir d’utiliser des drones pour tuer sur le territoire des États-Unis un citoyen américain qui n’est pas engagée dans le combat, l’administration Obama en est encore à s’interroger sur la pertinence de partager avec le Congrès les avis juridiques et des protocoles détaillés régissant les assassinats ciblés.

À lire aussi:

Quand un tueur peut-il tuer: le livre blanc américain sur les drones >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.