WikiLeaks: un enregistrement interdit du récit de Bradley Manning est rendu public

0
(Photo: Archives/bradleymanning.org)
(Photo: Archives/bradleymanning.org)

La Fondation pour la liberté de la presse a rendu public ce mardi les enregistrements du témoignage de Bradley Manning, ce soldat accusé d’avoir coulé de l’information au site WikiLeaks. Pour la première fois le public peut entendre la voix du soldat de 25 ans.

Encourant la réclusion criminelle à perpétuité, le soldat Bradley Manning a pris la parole le 29 novembre 2012 pour parler de ses conditions de détention, et le 28 février pour expliquer ses motivations. C’est lors de ce dernier témoignage qu’un enregistrement illégal a été fait et dévoilé ce mardi.

«Nous espérons que cet enregistrement mettra les projecteurs sur l’un des procès les plus secrets de l’histoire récente, écrit la Fondation pour la liberté de la presse dans un communiqué. Les informations fournies par Manning ont permis de découvrir des histoires d’actes répréhensibles par les États-Unis, ainsi que par les dirigeants et les politiciens du monde entier. […] Nous voulons être sûrs que la voix de celui qui a dénoncé le plus d’informations de sa génération puisse être entendue – littéralement – par le monde entier».

Suite a cette brèche de sécurité, le Pentagone a informé la juge Denise Lind chargée de l’affaire.

Dans un communiqué, le Pentagone indique que «l’armée américaine est en train de réexaminer les procédures mises en place pour protéger la sécurité et l’intégrité des procédures judiciaires et s’assurer que Bradley Manning bénéficie d’un procès juste et équitable».

Aucune retranscription officielle des audiences n’est publiée, et le peu qui sort ne l’est que des semaines plus tard et seulement en raison d’une plainte.

Dans cet enregistrement d’un peu plus d’une heure et dont 45eNord.ca vous propose plusieurs extraits, Bradley Manning explique pourquoi il est devenu la «taupe» de WikiLeaks en transmettant au site, entre novembre 2009 et mai 2010, des documents militaires américains sur les guerres en Irak et en Afghanistan, ainsi que pas moins de 260 000 câbles diplomatiques du département d’État.

Dans un premier extrait que nous vous proposons, l’ancien analyste dit avoir transmis ces documents pour «provoquer un débat public» alors qu’en «essayant de mener la lutte contre le terrorisme et les opérations de contre-insurrection, nous sommes devenus obsédés par la capture ou l’élimination de cibles humaines via des listes sans nous en rendre compte et avons évité de coopérer avec nos partenaires du pays hôte […]».

Dans un deuxième extrait, Bradley Manning explique sa réaction a la découverte d’une vidéo d’un équipage d’hélicoptère tirant, a l’encontre des règles d’engagement,  sur un véhicule. C’est d’ailleurs cet épisode de l’hélicoptère Apache américain qui a tiré sur des civils sur une place publique de Baghdad, tuant le journaliste de Reuters Namir Noor Eldeen et son chauffeur Saed Chmagh ainsi que plusieurs autres civils innocents, qui semble avoir été le déclencheur des actes reprochés au jeune soldat. Après les tirs meurtriers de l’hélicoptère des adultes et des enfants, qui arrivaient à bord d’une fourgonnette pour tenter de secourir les blessés ont été l’objet à leur tour des tirs de l’hélicoptère américain.

L’acteur John Cusack, un des membres fondateurs de la Fondation pour la liberté de la presse, a dit espérer que «cet enregistrement inspirerait une plus grande participation à un large mouvement pour rétablir et protéger le Premier amendement» de la Constitution sur la liberté d’expression.

À lire aussi:

Manning ne se voit pas comme un traître mais comme un dénonciateur >>

Triste anniversaire pour Bradley Manning: 1 000 jours de détention sans procès >>

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.