13 soldats afghans meurent dans une nouvelle attaque des talibans

0
Des policiers afghans patrouillent à Koz Kunar, le 13 février 2013 (Photo : Archives / Noorullah Shirzada, AFP)
Des policiers afghans patrouillent à Koz Kunar, le 13 février 2013 (Photo : Archives / Noorullah Shirzada, AFP)

Une vaste attaque des insurgés talibans contre un avant-poste de l’armée a coûté la vie, ce vendredi, à au moins treize soldats afghans, dans la province de Kunar, en Afghanistan, à proximité de la frontière pakistanaise.

Attaquant à partir de trois directions différentes, plus d’une centaine de rebelles talibans ont quasiment détruit l’ensemble d’un avant-poste de l’armée afghane, dans le district de Nari, de la province de Kunar, selon des responsables afghans.

Un haut responsable de la police de cette province a confié à l’AFP que les insurgés étaient lourdement armés lors de leur attaque. Dressant un bilan de 13 victimes parmi les forces afghanes, ce haut responsable a également évoqué la destruction quasi-totale de cet avant-poste.

Dans cette région frontalière avec le Pakistan, considéré comme base arrière des talibans afghans, les affrontements ont duré plusieurs heures avant que les renforts militaires n’aient pu chasser les insurgés de la zone.

Alors que le porte-parole du ministère afghan de la Défense, le général Mohammad Zaher Azimi, a confirmé cet assaut, le porte-parole des talibans a revendiqué cet assaut dans un courriel adressé à l’AFP. Il a également affirmé avoir mis la main sur un stock d’armes et de munitions.

NOTRE DOSSIER SUR L’AFGHANISTAN >>


Nouvelle démonstration de force et d’insécurité

Une semaine après un vaste attentat perpétré contre un tribunal à Farah, dans l’ouest du pays, cette nouvelle attaque vient fragiliser un peu plus une situation déjà extrêmement instable dans le pays. Alors que les forces internationales de l’OTAN doivent clôturer leur retrait total du sol afghan à la fin 2014, les autorités nationales tentent vainement de développer leur capacité d’autonomie pour faire face à l’insécurité ambiante.

Devenues la cible privilégiée des insurgés talibans, chassés du pouvoir mais pas désarmés par l’Alliance atlantique, les forces afghanes essuient régulièrement des attaques et attentats meurtriers, cherchant à prouver la faiblesse et l’incapacité des autorités à rétablir l’ordre dans le pays.

Pour preuve, le rapatriement humain et logistique des forces de l’OTAN ne cesse de préoccuper les pays concernés, s’inquiétant pour la sécurité des routes terrestres afin de quitter cette région enclavée. Les bavures répétées des forces internationales sur les populations locales ont également mis un peu plus d’huile sur le feu entre le président afghan, Hamid Karzaï, et les responsables de la Force internationale d’assistance et de sécurité (ISAF), États-Unis en tête, rendant leurs relations des plus tendues.

Ce samedi, dix enfants afghans ont été tués par un bombardement de l’OTAN dans cette même province de Kunar, selon des responsables locaux. Effectué lors de violents combats entre forces afghanes et américaines et des insurgés talibans, ce bombardement symbolise la gestion délicate de la coalition internationale quant au rétablissement de l’ordre sécuritaire dans un pays meurtri par plus d’une décennie de guerre et guérilla.

À lire aussi:

Afghanistan: un bombardement de l’Otan tue 10 enfants, selon des responsables locaux >>

Au moins 44 morts et 90 blessés dans une attaque talibane contre un tribunal afghan >>

Journaliste pour 45eNord.ca, Gaëtan Barralon étudie les nouvelles pratiques journalistiques à l’Université Lumière Lyon 2 (France). Titulaire d’une licence en Information­-Communication, Gaëtan s’intéresse aux enjeux internationaux à travers l’analyse des différents conflits mondiaux.

Les commentaires sont fermés.