1924-2013: 89 ans pour l’Aviation royale canadienne (PHOTOS)

0

Quatre-vingt neuf ans, c’est l’âge que vient d’atteindre la vénérable Aviation royale canadienne, en ce 1er avril 2013; l’occasion pour nous de faire une courte rétrospective de ses débuts.

Lors de la Première Guerre mondiale, les pilotes canadiens sont si adroits qu’au printemps de 1918, le gouvernement du premier ministre Robert Borden fait pression pour qu’une escadre de huit escadrilles soit créée et irait voler dans le ciel de la France au sein du Corps expéditionnaire canadien.

La Grande-Bretagne s’y oppose car elle souhaite garder le meilleur personnel de piste et la crème de la crème des pilotes canadiens dans la Royal Air Force (RAF). Le gouvernement britannique de l’époque réussit à limiter le nombre d’escadrilles canadiennes mises sur pied.

Le 5 août 1918, le ministère de l’Air britannique annonce ainsi la formation de deux escadrilles de la RAF qui seront entièrement composées de Canadiens. La création de la Force aérienne du Canada (FAC) est confirmée par un décret en conseil canadien le 19 septembre, «aux fins de la guerre en cours».

Cependant, la FAC est créée trop tard dans le déroulement de la Première Guerre mondiale pour connaître une croissance importante. Avec la fin de la guerre le 11 novembre 1918, les six autres escadrilles qui devaient être envoyées en Europe ne sont pas créées.

Début 1920, les deux escadrilles canadiennes toujours présentes en Europe – et qui s’ennuient ferme – sont dissoutes et le personnel est renvoyé au Canada. Toutefois, un décret signé le 18 février 1920 autorise la formation d’une nouvelle FAC à temps partiel avec un effectif de 1 340 officiers et 3 905 aviateurs

La FAC est alors intégrée dans une Commission de l’Air civile. Entre les années 1920 et 1930, elle exécute des opérations aériennes de cartographie, des patrouilles de repérage des feux de forêt, de lutte contre la contrebande et de surveillance des pêches, elle dresse des relevés topographiques des forêts et elle trace des itinéraires pour la livraison du courrier et le franchissement de longues distances.

Ces opérations procurent à la FAC une raison d’être et justifient le financement continu du gouvernement qui permet la formation d’officiers et de sous-officiers supérieurs qui formeront plus tard l’épine dorsale de l’Aviation royale du Canada, une fois la guerre venue.

Une force permanente naît

Le 1er janvier 1923, le ministère de la Défense nationale voit le jour avec la fusion du ministère du Service naval, du ministère de la Milice et de la Défense et de la Commission de l’air.

Le 12 février 1923, le Roi George V confère la désignation «royale» à la FAC; un ordre de la Milice du 12 mars en fait l’annonce. Toutefois, le nom ne deviendra officiel qu’au 1er avril 1924. C’est la date où l’Aviation royale du Canada (ARC) devient une composante permanente de la force de défense du Canada.

Au début, l’ARC compte 62 officiers au sein de l’Aviation active permanente (semblable à la Force régulière actuelle) et quatre officiers dans l’Aviation active non permanente (semblable à la Force de réserve), ainsi que 262 militaires du rang. L’Histoire continuera de s’écrire au cours des décennies suivantes…


Des Américains dans les avions de l’Aviation royale du Canada (Vidéo: Archives/YouTube)

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d’exercices ou d’opérations, au plus près de l’action.
#OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.