570 soldats maliens débutent la formation de l’Union européenne

0
Des soldats maliens près de Gao, le 25 février 2013. (Photo: Archives/AFP)
Des soldats maliens près de Gao, le 25 février 2013. (Photo: Archives/AFP)

La mission de formation de l’Union européenne au Mali (EUTM Mali) a été lancée, ce mardi, avec un premier contingent de 570 soldats maliens qui s’est rendu à Koulikoro, située 50km à l’est de Bamako.

Cette mission doit permettre de former et entraîner près de 3 000 membres des forces maliennes dans une armée où «tout est à reconstruire», selon le commandant de la mission, le général François Lecointre.

Durant les quinze prochains mois, quatre vagues successives de soldats maliens prendront part à cette formation d’une durée de dix semaines. Évoquant, dans un premier temps, une formation généraliste, le lieutenant-colonel français Philippe de Cussac, porte-parole de la mission de formation de l’UE (EUTM), a confié à l’AFP qu’une formation de spécialisation, en télécommunications, artillerie et génie, suivra.

Des forces spéciales ainsi que des tireurs d’élite devront également être formés au cours de cette mission européenne, où officiera une centaine d’instructeurs de sept pays, à savoir la France, le Royaume-Uni, la Suède, la Finlande, la Lituanie, le Luxembourg et l’Irlande.

NOTRE DOSSIER SUR LA GUERRE AU MALI >>

En tout, ce seront 550 experts militaires issus de 23 des 27 pays de l’Union européenne qui seront dépêchés sur place afin de mener à bien ce processus de professionnalisation de l’armée malienne. Une armée qui doit être amenée dans les prochains mois à gérer efficacement la lutte face aux groupes djihadistes sévissant dans le nord du pays.

Car si la France est intervenue, le 11 janvier dernier, pour stopper l’avancée des différentes organisations islamistes en direction de Bamako, les forces maliennes n’ont pu lutter efficacement pour repousser l’avancée ennemie. Entre divisions, manque de professionnalisme et déficit de moyens, l’armée n’était pas parvenue à gérer la situation du pays après son propre coup d’État, fomenté en mars 2012.

Vers une mission de maintien de la paix des Nations Unies

Malgré l’appui des forces françaises et africaines, l’efficacité des militaires maliens reste encore trop faible pour espérer une autonomie au sein du pays. La tenue de cette formation ambitieuse revêt donc un caractère important alors que la France doit amorcée le retrait progressif de ses forces dans le courant du mois d’avril.

Cette transition militaire se poursuivra également dans les prochains mois, comme l’a rappelé Ban Ki-Moon, dans un rapport publié le 26 mars dernier. Le secrétaire général des Nations Unies a notamment évoqué sa volonté de voir la Mission internationale de soutien au Mali sous conduite africaine (MISMA) prendre la forme d’une mission de maintien de la paix sous égide de l’ONU. Jusqu’à 11 200 hommes pourraient ainsi composer cette opération onusienne, dont le déploiement est envisagé pour cet été.

En attendant, l’activité des djihadistes se poursuit dans le nord du pays puisqu’un attentat-suicide a eu lieu, dans la nuit de samedi à dimanche, au cœur de Tombouctou. Une attaque qui a permis à plusieurs islamistes armés de s’infiltrer dans la ville. Dimanche et lundi, les forces françaises et maliennes ont dû effectuer une opération de «ratissage» au cours de laquelle une dizaine de personnes, dont au moins huit djihadistes, ont trouvé la mort.

Ces nouveaux évènements démontrent une fois de plus l’instabilité persistante dans la région. La présence de plusieurs groupes islamistes dans le nord du pays laisse craindre de nouvelles attaques à venir. Pour lutter face à cela, les autorités françaises, africaines et internationales tentent ainsi de coopérer afin d’aider le peuple malien à sortir de ce lourd conflit.


Guerre au Mali: formation et reconstruction de l’armee malienne en cours – 13 Mars 2013 (Crédits: France24)

Journaliste pour 45eNord.ca, Gaëtan Barralon étudie les nouvelles pratiques journalistiques à l’Université Lumière Lyon 2 (France). Titulaire d’une licence en Information­-Communication, Gaëtan s’intéresse aux enjeux internationaux à travers l’analyse des différents conflits mondiaux.

Les commentaires sont fermés.