Afghanistan: avec le printemps reviennent les talibans

0
Avec le printemps, reviennent les talibans (Photo: Archives/45eNord.ca)
Avec le printemps, reviennent les talibans (Photo: Archives/45eNord.ca)

En Afghanistan, chaque année depuis l’invasion du pays par les forces américaines, avec le printemps reviennent les talibans et, cette année encore, les talibans ont annoncé ce samedi 27 avril le lancement de leur «offensive du printemps» contre les forces de l’Otan et le gouvernement afghan, avec l’aide, notamment, de kamikazes et d’agents infiltrés, prennent-ils la peine de préciser.

Chaque année, au printemps, quand, avec la fin de l’hiver, les talibans peuvent se déplacer plus facilement, commence la «saison des combats».

L’offensive du printemps, baptisée opération «Khalid bin Waleed», du nom du plus grand commandant des troupes musulmanes au VIIe siècle, sera donc lancée partout en Afghanistan à compter du 28 avril, ont déclaré les talibans dans un communiqué envoyé à la presse.

Les talibans disent dans leur communiqué vouloir effectuer «des opérations collectives de martyrs sur les bases des envahisseurs étrangers, leurs centres diplomatiques et leurs aérodromes militaires» et comptent bien leur «infliger de lourdes pertes».

Les talibans se réjouissent du début du retrait des forces de l’OTAN dont une grande partie des100 000 hommes, pour la plupart Américains, auront quitteront l’Afghanistan fin 2014, transférant aux forces afghanes, qu’elles soient prêtes ou non, la responsabilité de la sécurité du pays,

Les talibans appellent donc maintenant les fonctionnaires afghans à «rompre» avec «une administration décadente», et les chefs religieux et tribaux à «empêcher les jeunes de s’engager dans l’armée et la police» afghanes.

Chassés du pouvoir à Kaboul en 2001 par une coalition de chefs de guerre afghans soutenus par l’armée américaine, les talibans n’ont jamais été complètement vaincus et ils sont parvenus à s’implanter dans plusieurs régions du pays, notamment dans le sud et dans l’est, qui sont pour ainsi dire devenus des bastions talibans.

Écrasement d’un avion et pertes de plusieurs hélicoptères

La maîtrise des airs pour le transport et le soutien aux combats (Photo: Archives/caporal Craig Wiggins, FC)

Par ailleurs, quatre militaires de l’Otan ont perdu la vie dans l’écrasement ce samedi 27 avril d’un avion dans le sud de l’Afghanistan, où les forces des rebelles talibans sont très actives, a annoncé l’Isaf, la Force internationale de sécurité et d’assistance de l’OTAN.

Au début du mois, deux militaires américains étaient morts dans la chute d’un hélicoptère dans l’est de l’Afghanistan et auparavant, en mars, cinq soldats américains avaient péri dans l’écrasement d’un hélicoptère par mauvais temps.

En outre, une tempête de grêle, qui a frappé une importante base américaine à Kandahar mardi 23 avril, a endommagé 50 hélicoptères de transport de troupes.

Un porte-parole de la coalition a simplement précisé que des réparations étaient en cours sur la base pour remettre les hélicoptères en état de marche. Plusieurs missions de transport d’équipement et de troupes ont toutefois dû être annulées.

Avec la reprise des hostilités, tous ces événements arrivent à un bien mauvais moment.

L’utilisation d’hélicoptères est considérée comme un moyen de transport d’une importance vitale signifie pour les forces de sécurité afghanes et de la coalition en plus de fournir un appui aérien pour lutter contre l’insurrection dans tout le pays.

Quant aux chutes d’avions militaires en Afghanistan, elles sont toutefois beaucoup moins fréquentes que celles d’hélicoptères.

D’autre part, avec l’événement d’aujourd’hui, le nombre de militaires de l’Isaf ayant trouvé la mort en Afghanistan depuis le début de l’année passe de 35 à 39, selon le décompte effectué par le site indépendant Icasualties.org.

À lire aussi:

Quatre soldats de l’OTAN tués dans le crash d’un avion en Afghanistan>>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.