ANZAC Day: le Canada se souvient du Royal Newfoundland Regiment

2
Le peloton 3 de la compagnie A du Régiment royal de Terre-Neuve, à Fort George en Écosse en 1915 (Photo: Archives provinciales de Terre-Neuve-et-Labrador)
Le peloton 3 de la compagnie A du Régiment royal de Terre-Neuve s’est entraîné à Fort George, en Écosse, en 1915, avant d’être déployé quelques mois plus tard en Turquie (Photo: Archives provinciales de Terre-Neuve-et-Labrador)

En souvenir des soldats canadiens morts lors de la bataille de Gallipoli, en Turquie, pendant la Première Guerre mondiale, le ministre de la Défense nationale, Peter MacKay, a rendu hommage, ce jeudi, aux «proches alliés» australiens et néo-zélandais lors de la traditionnelle journée commémorative de l’Australian and New Zealand Army Corps (ANZAC).

«En ce jour, nous nous tenons aux côtés de nos proches alliés, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, pour rendre hommage aux victimes de guerre de ces deux nations et reconnaître le rôle essentiel qu’ils ont joué en contribuant à faire régner la paix et la sécurité partout dans le monde», a déclaré le ministre de la Défense, Peter MacKay, dans un communiqué publié par le ministère.

Au cours d’une cérémonie organisée, ce jeudi, au Musée canadien de la guerre, à Ottawa, M. Erin O’Toole, député de Durham, a déposé une couronne à la mémoire des militaires australiens et néo-zélandais tombés au combat. De son côté, le ministre des Anciens Combattants et ministre de la Francophonie, Steven Blaney, a participé à une cérémonie commémorative de la journée de l’ANZAC au Mémorial de guerre de la Corée, à Séoul, en Corée du Sud, où il se trouve actuellement en compagnie de vétérans canadiens de la Guerre de Corée.

«Le Canada est affligé de la perte des valeureux hommes et femmes d’Australie et de Nouvelle-Zélande qui ont servi et qui se sont sacrifiés au cours des deux guerres mondiales, de la guerre de Corée et dans le cadre d’autres conflits plus récents comme celui en Afghanistan», a déclaré le ministre Blaney.

Évoquant leur collaboration actuelle, le ministre MacKay a tenu à souligner l’amitié liant les deux pays océaniens au Canada. «Nous pouvons compter sur une longue tradition de coopération en matière de défense, et nous maintenons cette collaboration au moyen d’exercices, d’entraînements, d’échanges de personnel et dans le cadre d’opérations comme celles qui ont été menées au Timor oriental, en Bosnie et en Afghanistan», a-t-il ajouté.

Quatre mois d’opération face à l’empire ottoman

Le ministre a également souhaité rappeler l’engagement du Royal Newfoundland Regiment lors du premier conflit mondial. «Durant cette bataille, où plus de 35 000 soldats australiens et néo-zélandais sont morts ou ont été blessés, le Royal Newfoundland Regiment du Canada, le seul régiment nord-américain à avoir participé à cette campagne, a également perdu 115 soldats, morts ou blessés», a ajouté le ministre MacKay.

En tant que dominion britannique, Terre-Neuve s’est ainsi retrouvée en guerre lors de l’entrée de la Grande-Bretagne dans la Première Guerre mondiale, le 4 août 1914. Plus de 1 000 jeunes canadiens se sont joints au tout nouveau Newfoundland Regiment, appelé à combattre, l’année suivante, aux côtés de ses alliés australiens et néo-zélandais en terre turque.

Faisant alors partie de la 29e Division de l’Armée britannique présente à Gallipoli, 1 076 Terre-Neuviens ont débarqué, le 20 septembre 1915, sur le rivage du détroit des Dardanelles. Épaulant les soldats de l’ANZAC et de l’armée britannique qui combattaient là depuis des mois, le Royal Newfoundland Regiment a quitté la Turquie en janvier 1916, protégeant le retrait décidé des troupes alliées.

«Depuis, la Journée commémorative de l’ANZAC est une date importante, où on se remémore tous ceux qui ont servi et sont morts lors de guerres, conflits et opérations de maintien de la paix», a déclaré le ministre MacKay, ajoutant en conclusion de son allocution que «nous nous souviendrons».

Journaliste pour 45eNord.ca, Gaëtan Barralon étudie les nouvelles pratiques journalistiques à l'Université Lumière Lyon 2 (France). Titulaire d'une licence en Information­-Communication, Gaëtan s'intéresse aux enjeux internationaux à travers l'analyse des différents conflits mondiaux.

Discussion2 commentaires