Attaque islamiste d’In Amenas: l’identité du quatrième Canadien dévoilé

0
(Photo: montage Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Dans l’ordre, de gauche à droite: Mujahid Enderi, Xristos Katsiroubas, Aaron Yoon et Ali Medlej (Photomontage Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Dans l’affaire du groupe de jeunes islamistes Canadiens partis ensemble à l’étranger pour participer à des activités terroristes, dont l’attaque terroriste meurtrière de janvier à In Amenas, en Algérie l’identité du quatrième homme a enfin été dévoilée, rapporte la Presse Canadienne, s’appuyant sur des sources gouvernementales.

Il s’agit de Mujahid Enderi, alias, Ryan Enderi, un Libyo-Canadien de London, en Ontario, qui faisait l’objet d’une enquête et était recherché par la police.

Issu d’une famille musulmane dévote, dit l’agence de presse, Enderi est disparu l’an dernier. Il aurait voyagé à l’étranger à peu près en même temps que les trois autres jeunes hommes de la même communauté — dont deux sont ont été tués lors de l’assaut final des forces algériennes contre le complexe gazier d’In Amenas où un groupe islamiste retenait en otages des centaines de travailleurs algériens et étrangers.

Enderi a fréquenté la même école secondaire, à London, en Ontario, qu’Ali Medlej, Xristos Katsiroubas, les deux ravisseurs dont on a retrouvé les corps sur le site gazier et Aaron Yoon, ami des deux premiers, mais qui n’avait pu participer à l’attaque d’In Amenas parce qu’il avait été arrêté avant, en juillet, et Mauritanie où il est depuis incarcéré.

L’attaque survenue le 16 janvier contre les installations gazières de Tiguentourine, et les quatre jours de siège qui ont suivi, s’était terminée dans un bain de sang avec la mort de 37 otages et de 29 terroristes.

Quant à Yoon, la justice mauritanienne qui l’a condamné à deux ans de réclusion, a dit que le jeune homme avait été recruté pour être formé dans un camp d’Al-Qaïda du nord du Mali, et avait des liens avec l’organisation al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI)

Les liens d’Enderi avec les trois autres jeunes islamistes sont également imprécis, mais des responsables de la sécurité ont assuré à l,agence de presse qui rapporte la nouvelle qu’il y avait bien un lien qui, d’ailleurs, faisait actuellement l’objet d’une enquête.

À lire aussi:

La Mauritanie a condamné à deux ans Yoon, l’ami des deux ravisseurs canadiens d’In Amenas >>

L’identité des deux ravisseurs Canadiens tués lors de l’attaque d’In Amenas révélée >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.