Aung San Suu Kyi est arrivée au Japon

0
Aung San Suu Kyi, le 18 septembre 2012, à Washington (Photo: Archives/Joshua Roberts/Asia Societ)
Aung San Suu Kyi, le 18 septembre 2012, à Washington (Photo: Archives/Joshua Roberts/Asia Society)

La célèbre chef de file de l’opposition birmane, Aung San Suu Kyiest arrivée au Japon samedi pour une visite de près d’une semaine afin de demander l’appui de Tokyo pour le processus de démocratisation en cours dans son pays. C’est son premier voyage dans le pays depuis 27 ans.

Chef de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), Aung San Suu Kyi a été invitée par le ministère japonais des Affaires étrangères qui espère renforcer ses liens avec cette détentrice du prix Nobel de la Paix 1991, influente non seulement en Birmanie, mais aussi mondialement.

À son arrivée à l’aéroport de Tokyo, elle a lancé un «Arigato gozaimasu» (merci, en japonais, ndlr) à des journalistes venus l’accueillir et lui souhaiter la bienvenue.


Arrivée d’Aung San Suu Kyi à l’aéroport de Tokyo, le 13 avril 2013 (Vidéo: Kyodo News)

Depuis début 2011, Tokyo intensifie ses efforts pour aider le pays à mener d’importantes réformes et pousser son développement économique. Des entreprises japonaises souhaitent s’installer en Birmanie, où la main d’oeuvre serait bonne et abondante selon elles.

Aung San Suu Kyi va rencontrer le Premier ministre, Shinzo Abe et le ministre des Affaires étrangères, Fumio Kishida, ainsi que les chefs des deux chambres du parlement et des dirigeants d’entreprises.

Ce n’est qu’après la transition démocratique en 2011 que la «Dame de Rangoon» a pu faire son premier voyage à l’étranger depuis 24 ans, allant en Thaïlande en mai 2012. Ensuite, elle s’est rendue en Europe, passant par la Norvège, la Grande-Bretagne et la France, ainsi qu’aux États-Unis, en Inde et en Corée du Sud.

Les relations de la chef de file de l’opposition birmane avec le Japon remontent au temps de son père. Le général Aung San, dirigeait alors le mouvement d’indépendance contre l’Empire britannique. À la fin de 1940 il a passé sept mois au Japon où il avait obtenu de l’argent et des armes auprès de l’armée impériale nippone. Deux ans plus tard il établissait un gouvernement soutenu par Tokyo mais, retournement de l’histoire, il avait obtenu, en 1945, l’aide des Britanniques pour chasser les troupes d’occupation japonaises. Il est cependant assassiné le 19 juillet 1947, soit quelques mois avant l’indépendance du pays.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.