Bagdad et l’Irak frappés par une vingtaine d’attentats avant les élections

0
Cinq attentats à la voiture piégée ont touché des mosquées chiites, le 15 février dernier (Photo: Archives/U.S. Navy photo by Mass Communication Specialist 2nd Class Eli J. Medellin)
Le 15 février dernier, cinq attentats à la voiture piégée avaient touché des mosquées chiites (Photo: Archives/U.S. Navy photo by Mass Communication Specialist 2nd Class Eli J. Medellin)

À quelques jours des élections provinciales, l’Irak a été frappé, ce lundi matin, par une vaste série d’attentats faisant au moins 50 morts et près de 300 blessés, selon des sources médicales et de sécurité. De nombreuses villes, dont la capitale, Bagdad, ont été frappées par ces attaques successives, pour l’heure non revendiquées.

Six attentats à la voiture piégée à Bagdad, quatre à Touz Khourmatou. En quelques heures, ces deux villes irakiennes ont été les principales cibles de cette série d’attaques perpétrées un peu partout dans le pays.

Au cœur de la capitale, 30 personnes ont trouvé la mort et 92 ont été blessées dans les différentes explosions, selon des sources médicales et de sécurité. L’aéroport international de Bagdad a également été touché avec l’explosion de deux véhicules dans un périmètre pourtant sous haute sécurité. «Alors que l’on menait des inspections de routine, les deux voitures ont explosé à quelques secondes d’intervalle. Deux passagers qui se rendaient à l’aéroport ont été tués», a confié un policier, cité par l’agence Reuters.

Une voiture piégée a également fait un mort sur le parking attenant à un poste de contrôle qui mène à l’aéroport de la capitale alors que le quartier de Karrada, dans le centre de Bagdad, a été touché par un attentat à proximité d’un tribunal, faisant trois morts.

175 km plus nord, à Touz Khourmatou, l’explosion quasi-simultanée de quatre bombes visant des patrouilles de police a coûté la vie à cinq personnes alors que 67 autres ont été blessées, selon des sources officielles.

Même son de cloche du côté de Kirkouk. Dans cette ville du nord du pays, revendiquée par Bagdad et par la région autonome du Kurdistan, quatre attaques ont provoqué la mort de cinq personnes alors 26 autres ont été blessées.

Ailleurs dans le pays, plusieurs autres villes ont également été touchées par cette série d’attentats. À Samarra, dans la province instable de Salaheddine, à Baqouba, le chef-lieu de la province de Diyala, ou encore à Nassiriya, dans le sud du pays, les populations civiles ont vu l’insécurité du pays resurgir au travers de ces différentes attaques.


Irak : une série d’attentats fait une vingtaine de morts – 15 avril 2013 (Vidéo: Euronews)

Avec 271 victimes, Mars 2013 est le mois le plus meurtrier depuis l’été dernier

Ce tragique bilan intervient à cinq jours seulement du scrutin provincial. Alors que les violences pré-électorales ont émaillé le pays depuis plusieurs mois, la tension et l’instabilité sèment régulièrement le trouble au sein des populations irakiennes. Si, pour l’heure, ces différentes attaques n’ont pas été revendiquées, la minorité sunnite, parmi laquelle se trouve Al-Qaïda, reste pointée du doigt.

Prenant régulièrement pour cible le gouvernement chiite du Premier ministre Nouri al-Maliki, la communauté sunnite entend contester sa «marginalisation» de la vie politique irakienne. Cette instabilité a même conduit le chef du gouvernement à reporter les élections dans deux provinces, celles d’Anbar, dans l’ouest du pays, et de Ninive, au nord.

Dans un contexte des plus délicats, les électeurs de douze des dix-huit provinces irakiennes sont ainsi appelés à voter, ce samedi, pour élire les différentes assemblées provinciales. Un scrutin des plus importants puisque ces mêmes assemblées éliront, par la suite, leur gouverneur, ce dernier disposant d’un pouvoir décisionnel important au sein de son bastion.

Ce samedi, 650 000 soldats et policiers irakiens ont d’ores et déjà voté pour ces élections, premier scrutin organisé depuis le départ des troupes américaines en décembre 2011. Un test grandeur nature pour le Premier ministre irakien à quelques mois des élections parlementaires, prévues en 2014.

À lire aussi:

En Irak, les forces de sécurité votent pour les élections provinciales >>

L’Irak commémore les dix ans de la chute de Bagdad >>

Irak: un attentat fait 25 morts et 60 blessés lors d’un meeting électoral >>

Journaliste pour 45eNord.ca, Gaëtan Barralon étudie les nouvelles pratiques journalistiques à l'Université Lumière Lyon 2 (France). Titulaire d'une licence en Information­-Communication, Gaëtan s'intéresse aux enjeux internationaux à travers l'analyse des différents conflits mondiaux.

Les commentaires sont fermés.