Corée: «Aucun pays ne devrait troubler la paix pour des gains égoïstes», déclare le président chinois

2
Le nouveau leader chinois, Xi Jinping (Photo: CCTV)
Le nouveau leader chinois, Xi Jinping (Photo: CCTV)

Alors que la pression de la communauté internationale se fait de plus en plus forte pour que Pékin use de son influence pour ramener son allié nord-coréen à la raison, le président chinois Xi Jinping a déclaré dimanche 7 avril, dans une référence aux tensions entre la Corée du Nord, les États-Unis et leurs alliés en Asie-Pacifique, qu’aucun pays ne devrait être autorisé à perturber la paix du monde et a ajouté que la Chine travaillerait à réduire les tensions.

Dans un discours au forum d’affaires régional de Boao, en présence de plusieurs dirigeants politiques du monde, le président Xi n’a pas été jusqu’à présenter un plan détaillé sur la façon dont la Chine pourrait réduire les tensions mais a condamné très clairement la rhétorique belliqueuse des derniers mois, alors que la Corée du Nord multiplie les provocations: «La communauté internationale devrait promouvoir la vision d’une sécurité globale et la sécurité coopérative, de manière à transformer le village global en une étape importante pour le développement commun plutôt qu’une arène où les gladiateurs se battent. Et personne ne devrait être autorisé à jeter la région, ou même le monde entier, dans le chaos pour des gains égoïstes », a dit le président chinois devant les participants au Forum de Boao.

Le Forum annuel de Boao pour l’Asie, où le président Xi a prononcé ce discours, réunit des dirigeants politiques, des chefs d’entreprises et des universitaires d’Asie et d’ailleurs dans le monde qui viennent y partager leur vision sur les problèmes les plus urgents de la région Asie-Pacifique. Calqué sur le Forum économique mondial qui se tient chaque année à Davos, en Suisse, il dispose d’une adresse fixe à Boao, dans le Hainan, en Chine, bien que son Secrétariat soit basé à Pékin.

Le nouveau gouvernement de Xi Jinping, qui est arrivé à la présidence de la République populaire de Chine le 14 mars dernier, est confronté depuis au comportement de son allié nord-coréen qui multiplie les provocations, allant d’essais d’un missile à longue portée et d’un engin nucléaire à des menaces de frappes nucléaires. La Corée du Sud et les États-Unis, qui sont d’importants partenaires économiques de la Chine, ainsi que l’ensemble de la communauté internationale, comptent sur Pékin pour calmer le jeu.

Le Premier ministre Julia Gillard, de l’Australie, dont l’économie est en plein essor en raison de la demande chinoise, a fait appel à Pékin pour user de son influence pour obtenir de Pyongyang qu’il mette un terme à ses provocations.

«Tous les pays de la région partagent un intérêt profond pour la stabilité stratégique. Mais les conséquences du conflit sont encore plus graves pour nous tous. Cela n’est nulle part plus évident que dans la péninsule coréenne. Là, toute agression est une menace pour l’intérêt de tous les pays de la région. Pour cette raison, nous nous félicitons de la coopération croissante de tous les gouvernements de la région pour prévenir les conflits dans la péninsule coréenne et contrer l’agression nord-coréenne», a déclaré au forum le premier minsitre australien.

Par ailleurs, la question des revendications territoriales de la Chine, des frictions entre la Chine et le Japon, du jeu du chat du chat et de la souris entre les forces maritimes chinoises et japonaises au large des îles Senkaku, n’ont pas été ignorés et, sans aborder de front ces problèmes, Xi Jinping a promis une approche constructive de tensions régionales: «La Chine continuera à traiter correctement les différences et les tensions avec les pays concernés.»

Néanmoins, Xi n’a présenté aucun compromis et a bien fait comprendre que la Chine entendait sauvegarder sa souveraineté et son intégrité territoriale.

Xi Jinping a également rappelé aux pays présents au forum que la Chine représente une bonne occasion d’affaires pour ses voisins et le monde, soulignant qu’au cours des cinq prochaines années, les importations de la Chine atteindront 10 milliards de dollars, tandis que ses entreprises ont l’intention d’investir 500 milliards de dollars à l’étranger.«Plus la Chine se développe, plus elle apporte des occasions de développement à l’Asie et au monde«, a conclut le nouveau président de la République populaire de Chine.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Discussion2 commentaires

  1. personne ne devrait être autorisé à jeter la région, ou même le monde entier, dans le chaos pour des gains égoïstes », a dit le président chinois avant de dire une remarque comme celle ci le président chinois et sont gouvernement devrais se regarder dans le miroir avant de dire des remarques comme celle ci