Corée: États-Unis et Chine travailleront ensemble à résoudre la crise

0
Le Secrétaire d'État américain et le Président chinois Xi Jinping à Beijing le 13 avril (Photo: Department of State)
Le Secrétaire d’État américain et le Président chinois Xi Jinping à Beijing le 13 avril (Photo: Department of State)

Le président chinois Xi Jinping, a rencontré ce samedi 13 avril à Beijing le secrétaire d’État américain John Kerry pour discuter avec lui des relations bilatérales et des questions d’intérêt commun, et la Chine, qui a clairement affirmé qu’il était de l’intérêt général de désamorcer les tensions dans la péninsule coréenne, l’heure étant «critique», l’intention de coopérer avec la communauté internationale sur cette question.

M. Kerry est le deuxième membre de l’administration Obama que Xi Jinping rencontre depuis son élection au poste de président en mars, suivant le secrétaire américain au Trésor Jacob Lew qui s’est rendu à Beijing ce mois-là.

«Ces rencontres sont révélatrices de l’importance que la Chine et les États-Unis attachent à leurs relations bilatérales», a déclaré le président chinois.

«Nous sommes de toute évidence au milieu d’une période critique et face à de nombreux problèmes épineux», a fait remarquer John Kerry lors de sa visite : «la situation sur la péninsule coréenne, le problème du nucléaire iranien, les crises en Syrie et au Moyen-Orient, et certaines économies à travers le monde, ont besoin d’une poussée», a déclaré le secrétaire américain, affirmant que les États-Unis travailleraient avec la Chine pour répondre aux exigences des présidents des deux pays, intensifier les visites de haut niveau et relever ensemble les défis.

John Kerry a clairement insisté sur l’urgence de la situation lors de sa rencontre avec le président chinois: «Monsieur le président, l’heure est assurément critique avec des défis très difficiles à surmonter, dont les problèmes dans la péninsule coréenne.»

Le Premier ministre chinois Li Keqiang et le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi se sont également entretenus avec John Kerry.
La Chine a manifesté clairement son intention de coopérer avec les autres membres de la communauté internationale à calmer les tensions et à parvenir à une solution à long-terme du problème nucléaire dans la péninsule coréenne.

Lors d’un dîner officiel en l’honneur du secrétaire américain, le conseiller d’État Yang Jiechi, plus haut responsable chargé des Affaires étrangères de la Chine, a déclaré que «S’attaquer au problème nucléaire en Corée sert les intérêts de toutes les parties», ajoutant que la Chine travaillerait dans ce but avec d’autres pays, dont les États-Unis.

«La Chine et les États-Unis doivent ensemble prendre des mesures pour parvenir à l’objectif de la dénucléarisation de la péninsule coréenne», a dit John Kerry à cette occasion, en réponse à la remarque de son hôte.

La Chine est la deuxième étape d’une tournée de quatre jours de M. Kerry en Asie de l’Est. La veille, en Corée du Sud, le secrétaire d’État américain avait déclaré lors d’une conférence de presse conjointe à Séoul avec son homologue sud-coréen que «Jamais nous n’accepterons que la Corée du Nord devienne une puissance nucléaire.»

La Chine, quant à elle, ne cache plus son agacement face au comportement du trublion nord-coréen. Dans un discours au forum d’affaires régional de Boao, le 7 avril dernier, en présence de plusieurs dirigeants politiques du monde, alors que la pression de la communauté internationale se fait de plus en plus forte pour que Pékin use de son influence pour ramener son allié nord-coréen à la raison, le président chinois Xi Jinping avait déclaré qu’aucun pays ne devrait être autorisé à perturber la paix du monde «pour des gains égoïstes» et a ajouté que la Chine travaillerait à réduire les tensions.

En outre, pas plus tard qu’à la fin du mois dernier, pendant que la Corée du Nord continuait à menacer ses voisins et leurs alliés, la Chine, sous la direction de son nouveau leader, Xi Jinping, tentait un rapprochement avec la Corée du Sud.

Le président chinois Xi Jinping et son homologue sud-coréenne Park Geun-hye s’étaient alors engagés à renforcer les relations bilatérales entre les deux pays et à déployer davantage d’efforts destinés à maintenir la paix et la stabilité sur la péninsule coréenne.

Le périple en Asie du secrétaire américain, du 12 au 15 avril, l’amènera maintenant, après la République de Corée, le 12 et la Chine, aujourd’hui le 13, au Japon, le 14 avril, puis, le 15 avril, le secrétaire d’État américain s’envolera pour Washington.

Avant ces quatre jours en Asie de l’Est, le Secrétaire d’État américain s’était rendu en Turquie, le 6 avril, à Jérusalem et à Ramallah, du 7 au 9 avril, à la rencontre des ministres des Affaires étrangères du G8, à Londres, les 10 et 11 avril.


John Kerry presse la Chine d’user de son influence auprès de la Corée du Nord (Vidéo: BBC News)

À lire aussi:

Jamais nous n’accepterons que la Corée du Nord devienne une puissance nucléaire, déclare Kerry >>

Corée: «Aucun pays ne devrait troubler la paix pour des gains égoïstes», déclare le président chinois >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.