Deuxième raid du régime Assad en moins de 24 heures au Liban

0
Des bombardements de l'aviation syrienne a frappent de plus en plus le teritoire libanais, à la frontière syro-libanaise (Photo: Archives/OSDH)
Des bombardements de l’aviation syrienne a frappent de plus en plus le territoire libanais, à la frontière syro-libanaise (Photo: Archives/OSDH)

L’aviation du régime syrien a effectué ce jeudi 11 avril un second raid en moins de 24 heures dans une région libanaise partisane de la rébellion contre Bachar al-Assad, rapporte l’AFP.

L’attaque s’est produite à Sarj el-Ajram, proche d’Arsal, une ville à majorité sunnite dans l’est du Liban.

Hier, mercredi 10 avril, des avions syriens avaient tiré cinq roquettes sur la même région.

«De nombreux réfugiés empruntent cette région et c’est par cette voie que les blessés syriens sont transportés vers le Liban. Les contrebandiers utilisent aussi cette route pour entrer et sortir de Syrie», a expliqué une source de l’agence française.

Pour sa part, le président libanais Michel Sleimane a déclaré dans un communiqué que le raid de mercredi en territoire libanais était «injustifié», car il ne visait pas une cible militaire.

L’aviation de Bachar Al-Assad avait bombardé pour la première fois le Liban le 18 mars, selon des responsables libanais et américain, ce que nie le régime syrien.

Par ailleurs, de violents combats ont éclaté aux alentours de villages syriens chiites dans la région de Qousseir, à une dizaine de kilomètres de la frontière, rapporte l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).

Les tensions sont vives au Liban, divisé selon des lignes confessionnelles entre partisans et adversaires du président syrien Bachar al-Assad, le Hezbollah chiite libanais soutenant pour sas part indéfectiblement le régime d’Assad.

«La mort venue des cieux»

Par ailleurs, dans son rapport de 80 pages qui vient de paraître, «Death from the Skies: Deliberate and Indiscriminate Air Strikes on Civilians», («La mort venue des cieux: Des frappes aériennes délibérées ou aveugles contre des civils»), l’organisme international non gouvernemental de défense des droits humains, Human Rights Watch (HRW) dénonce les frappes aériennes du régime syrien.

«L’armée de l’air syrienne a fréquemment lancé contre des civils des frappes aériennes aveugles, voire délibérées dans certains cas. Ces frappes constituent de graves violations du droit international humanitaire (le droit de la guerre), et les personnes qui commettent de telles violations avec une intention criminelle se rendent responsables de crimes de guerre.», dit l’organisme international dans un communiqué qui annonce la publication de son rapport.

L’enquête de HRW s’appuie sur des visites menées sur 50 sites visés par les frappes aériennes gouvernementales, dans des secteurs contrôlés par l’opposition au sein des gouvernorats d’Alep, d’Idleb, et de Lattaquié, ainsi que sur plus de 140 entretiens réalisés avec des témoins et des victimes.

«Dans chaque village que nous avons visité, nous avons vu une population civile terrifiée par l’armée de l’air de son propre gouvernement», a déclaré Ole Solvang, chercheur auprès de la division Urgences à Human Rights Watch, qui s’est rendu sur plusieurs sites et a rencontré un grand nombre de victimes et de témoins. « Ces frappes aériennes illégales ont tué et blessé de nombreux civils, semé la peur et laissé un sillage de destruction et de déplacements.»

En outre, l’organisme de défense des droits humains souligne par la voix d’Ole Solvang que «Le Conseil de sécurité des Nations Unies, essentiellement en raison du veto russe et chinois, n’a toujours pas pris la moindre mesure significative pour tenter de protéger les civils en Syrie». « Mais cela», ajoute le chercheur chez Human Rights Watch, «ne devrait pas empêcher les gouvernements concernés de redoubler eux-mêmes d’efforts pour presser le gouvernement syrien de mettre fin à ces violations. »


Syrie: Des frappes aériennes tuent des civils (Vidéo : HRW)

À lire aussi :

Nouvelle frappe aérienne syrienne à la frontière libanaise >>

Liban: l’aviation syrienne bombarde la frontière pour la première fois >>

Le Liban craint une expansion du conflit en Syrie >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.