John Baird établit un «précédent» à Jérusalem-Est

0
Le chef de la diplomatie canadienne, John Baird, s'est rendu, cette semaine, à Jérusalem-Est et sur le plateau du Golan (Photo: Archives/AECIC)
Le chef de la diplomatie canadienne, John Baird, s’est rendu, cette semaine, à Jérusalem-Est et sur le plateau du Golan (Photo: Archives/AECIC)

À l’occasion de sa tournée au Moyen-Orient, le chef de la diplomatie canadienne, John Baird, s’est rendu, cette semaine, à Jérusalem-Est pour rencontrer la ministre israélienne de la Justice, Tzipi Livni. L’occasion d’établir un «précédent», selon les médias israéliens, avec une visite dans ce secteur arabe de la ville annexée par l’État hébreu.

«Le ministre des Affaires étrangères canadien brise un tabou». Pour le quotidien israélien Haaretz, la visite de John Baird à Jérusalem-Est relève presque de l’inédit. Et pour cause, les dirigeants occidentaux n’ont pas pour habitude de se rendre dans cette zone de la capitale de l’État hébreu.

Dans des propos rapportés par l’AFP, le porte-parole de la diplomatie israélienne, Yigal Palmor, a ainsi évoqué l’attitude des autorités canadiennes, se distinguant, d’après lui, depuis un certain temps, par un «parler vrai» sur la scène internationale. S’il a noté le caractère «peu commun» de cette visite diplomatique à Jérusalem-Est, M. Palmor a ajouté qu’il n’y avait «rien d’anormal» dans cette rencontre.

Alors que le quotidien Haaretz a mentionné la visite de John Baird sur une base militaire israélienne établie sur le plateau du Golan, territoire syrien occupé et annexé par Israël, le journal a également évoqué les déclarations d’un haut responsable non identifié de la diplomatie israélienne, assurant que M.Baird a effectué ces deux visites contre les recommandations de l’ambassade du Canada.

«Cela ne change pas notre position»

Aussi inhabituel soit-il, ce voyage du côté de Jérusalem-Est ne représente en aucun cas une provocation à destination de la communauté internationale et des autorités palestiniennes. C’est en tout cas ce qu’affirme le ministère canadien des Affaires étrangères.

«Le ministre Baird voulait connaître le point de vue de la ministre Livni sur le processus de paix au Proche-Orient, compte tenu de ses nouvelles responsabilités et importantes fonctions au nouveau gouvernement», a justifié le ministère dans un communiqué. Avant d’ajouter que «cela ne change pas notre position de longue date que toutes les questions de statut final doivent être négociées entre les deux parties».

De leur côté, les libéraux canadiens ont demandé, ce jeudi, au gouvernement fédéral «de jouer un rôle constructif dans le processus de paix israélo-palestinien». Dans un communiqué rapportant une déclaration du député Bob Rae, le parti libéral a évoqué sa volonté de voir le gouvernement canadien «trouver des moyens d’appuyer ce processus et […] continuer d’offrir des conseils politiques et une aide technique et humanitaire aux deux parties».

Le renouvellement de l’aide à la Palestine en suspens

Après avoir voté, en novembre dernier, contre l’obtention par la Palestine du statut d’observateur non-membre des Nations unies, le Canada a réaffirmé à plusieurs reprises sa volonté de voir le conflit israélo-palestinien se résoudre de manière négociée entre les dirigeants respectifs de chaque partie.

À ce titre, John Baird s’est rendu, le 6 avril dernier, en Cisjordanie où il s’est entretenu avec le président palestinien, Mahmoud Abbas, son Premier ministre, Salam Fayyad, et le chef de la diplomatie palestinienne, Riyad al-Maliki. S’il a tenu à «exprimer [son]désir de poursuivre un engagement sérieux avec l’Autorité palestinienne», le ministre Baird a assuré que «le Canada continue d’être en désaccord avec la démarche unilatérale des Palestiniens auprès de l’Organisation des Nations Unies à l’automne dernier». Le renouvellement de l’aide canadienne à la Palestine n’a pour l’heure pas été officialisé.

Ce mardi, sa rencontre avec le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a permis de réaffirmer «les liens d’amitié étroits et privilégiés qui constituent le fondement des relations qu’entretiennent les deux pays». «Les dirigeants [M. Baird et M. Netanyahu, ndlr] ont exprimé leur espoir que des négociations fructueuses soient menées à bien au cours des mois à venir. Le premier ministre Netanyahu s’est réjoui de l’aide offerte par le ministre Baird en vue de faire progresser ces pourparlers», a ajouté la diplomatie canadienne dans un communiqué.

Désirant la mise en place de deux États «aux termes d’une entente négociée entre les parties qui garantira le droit d’Israël à vivre en paix et en sécurité et qui mènera à la création d’un État palestinien», le Canada entend ainsi poursuivre sa participation au processus de paix délicat dans ce conflit israélo-palestinien.


Le chef de la diplomatie canadienne, John Baird, en visite en Israël, aux côtés du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu (Vidéo: Chaîne officielle du Premier ministre israélien)

À lire aussi:

Baird en Palestine : aucun accord sur le renouvellement de l’aide canadienne >>

Journaliste pour 45eNord.ca, Gaëtan Barralon étudie les nouvelles pratiques journalistiques à l’Université Lumière Lyon 2 (France). Titulaire d’une licence en Information­-Communication, Gaëtan s’intéresse aux enjeux internationaux à travers l’analyse des différents conflits mondiaux.

Les commentaires sont fermés.