La Côte d’Ivoire se défend de pratiquer une justice partiale

0

Le ministre de la Justice ivoirien, Gnénéma Mamadou Coulibaly a réagi vendredi 5 avril à l’antenne de la chaîne d’information continue France 24, aux accusations de partialité de Human Rights Watch.

La Cour pénale internationale (CPI) a «légitimé» la mise en place d’une justice partiale contre l’ex-président Laurent Gbagbo et ses proches en Côte d’Ivoire après la crise post-électorale qui a fait plus de 3 000 morts, avait accusé jeudi 2 avril, Human Rights Watch.

Faisant suite à ces critiques de l’ONG américaine, le gouvernement ivoirien s’est donc défendu vendredi 5 avril de pratiquer une justice partiale contre les proches de l’ex président Gbagbo, affirmant…«qu’il n’y a pas lieu de faire des pressions».

Lire l’article sur le site de France 24 >>

À lire aussi:

Côte d’Ivoire: promesses de justice impartiale non tenues, dénonce Human Rights Watch >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.