Le Conseil de sécurité de l’ONU prolonge d’un an les sanctions à l’égard de la Côte d’Ivoire

0
Un Casque bleu de l'ONU avec des armes collectées auprès de milices en Côte d'Ivoire (Photo: Ky Chung/ONU)
Un Casque bleu de l’ONU avec des armes collectées auprès de milices en Côte d’Ivoire (Photo: Archives/Ky Chung/ONU)

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a prolongé, jeudi 25 avril, pour une période de 12 mois, son régime de sanctions à l’égard de la Côte d’Ivoire concernant les armes et les diamants.

Il a aussi reconduit le mandat du Groupe d’experts créé en 2004 pour évaluer la situation dans le pays.

À l’unanimité de ses 15 membres, le Conseil de sécurité a prorogé jusqu’au 30 avril 2014 les mesures imposant à tous les États «d’empêcher la fourniture, la vente ou le transfert, directs ou indirects, d’armes et de matériel connexe à la Côte d’Ivoire, à partir de leur territoire ou par leurs ressortissants, ou au moyen de navires ou d’aéronefs battant leur pavillon, que ces armes et ce matériel aient ou non leur origine sur leur territoire», dit le service d’information de l’ONU.

«Constatant», poursuit le service d’information, «que les mesures imposées par les résolutions précédentes continuent de contribuer à la stabilité en Côte d’Ivoire, le Conseil a également reconduit pour un an les sanctions concernant les opérations financières et les voyages, ainsi que l’importation de diamants bruts en provenance de Côte d’Ivoire.»

Le 15 novembre 2004, le Conseil de sécurité des Nations Unies avait imposé des sanctions à la Côte d’Ivoire en réponse à la reprise des hostilités dans ce pays et à la violence et aux violations répétées de l’entente de cessez-le-feu conclue le 3 mai 2003.

Les mesures à l’encontre de la Côte d’Ivoire ont été renouvelées depuis par le Conseil de Sécurité dans des résolutions subséquentes, la dernière en date avant celle d’aujourd’hui remontant au 28 avril 2011.

Le 16 avril dernier, le sous-Secrétaire général aux opérations de maintien de la paix, Edmond Mulet, avait indiqué, dans un rapport présenté au Conseil de sécurité sur la situation en Côte d’Ivoire, que, «en dépit des progrès considérables accomplis depuis la fin de la crise post électorale il y a deux ans, la Côte d’Ivoire continue de se heurter à des difficultés réelles, comme la présence d’éléments armés, la criminalité transnationale organisée, le terrorisme, la piraterie ou encore un secteur de la sécurité insuffisamment réformé.»

Le Conseil de sécurité a aussi déclaré, jeudi 25 avril, avoir l’espoir que la contribution de ces mesures au renforcement de la stabilité de la Côte d’Ivoire permettra d’entrevoir, dans un proche avenir voire la levée partielle ou totale du régime de sanctions concernant la Côte d’Ivoire.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.