Le nombre de grévistes de la faim à Guantanamo pourrait atteindre 100 prisonniers sur 166

0
La prison américaine de Guantanamo, sur l'île de Cuba (Photo: Zesham)
La prison américaine de Guantanamo, sur l’île de Cuba (Photo: Zesham)

Dans la prison américaine de Guantanamo, le mouvement de grève de la faim, initié il y a plusieurs semaines, prend encore de l’ampleur alors que les avocats des détenus parlent maintenant de 100 prisonniers qui feraient la grève de la faim sur les 166 que compte cette prison américaine.

Sont incarcérés depuis 2001 dans cette prison sur la base américaine de Guantanamo, sur l’île de Cuba, 166 personnes accusées de terrorisme, sans inculpation ni procès.

Les autorités américaines, quant à elles, reconnaissent que 37 prisonniers sur les 166 ont arrêté de s’alimenter. Donc, même en ne tenant compte que des chiffres officiels, le nombre de grévistes de la faim s’est multiplié par quatre depuis le premier bilan des autorités américaines, le 11 mars dernier.

De l’aveu même du porte-parole de la prison, le capitaine Robert Durand, 11 d’entre eux sont maintenant alimentés de force avec des tubes, dont deux qui ont été hospitalisés pour réhydratation et observation.

Pour David Remes, qui défend 15 détenus, dont 13 grévistes, le mouvement est «sans précédent par son ampleur, sa durée et sa détermination».

Tout a commencé le 6 février dernier, lors d’une fouille de routine au cours de laquelle des effets personnels ont été confisqués et des Corans ont été examinés d’une manière que les prisonniers ont perçue comme une profanation religieuse.

Depuis lors, le mouvement de grève de la faim n’a cessé de prendre de l’ampleur, les autorités reconnaissant à la mi-mars être passés de 9 à 21 grévistes de la faim, puis, le 22 mars à 26 et, enfin, aujourd’hui, à 37 prisonniers qui observent une grève de la faim.

Les grèvistes disent aussi avoir été victimes de mauvais traitements.

Pour la plupart depuis 11 ans sans inculpation ni procès, cette grève de la faim serait, selon l’avocat David Remes, «l’expression ultime de leur désespoir» alors que s’éloigne pour eux toute perspective de sortir un jour.

À lire aussi:

Grave «crise humanitaire» dans la prison de Guantanamo >>

Il y aurait maintenant 21 grévistes de la faim à Guantanamo >>

Grève de la faim à Guantanamo: le mouvement prend de l’ampleur >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.