Le quatrième essai nucléaire nord-coréen est pour bientôt, dit un responsable sud-coréen

0
Le site de lancement de la fusée UNHA, en Corée du Nord (Photo: agence DPRK-KCNA)
Le site de lancement de la fusée UNHA, en Corée du Nord (Photo: agence DPRK-KCNA)
La Corée du Nord semble faire des préparatifs pour un quatrième essai souterrain d’armes nucléaires sur le site de Punggye-ri, là même où elle avait effectué son troisième essai, rapporte l’un des trois plus importants quotidiens sud-coréens, le JoongAng Ilbo, dans son édition du lundi 8 avril, citant une source gouvernementale sud-coréenne.

En plus d’un quatrième essai nucléaire, le responsable de sud-coréen de la sécurité nationale, Kim Jang-soo, affirme que le Nord pourrait également lancer un missile à moyenne portée autour de mercredi de cette semaine, le 10 avril, date à laquelle le régime communiste a indiqué ne plus pouvoir garantir la sécurité des missions diplomatiques étrangères sur son territoire. 

Punggye-ri, le site du dernier essai nucléaire nord-coréen
«Nous avons détecté une activité accrue de la main-d’œuvre et des véhicules dans le tunnel sud du site de test dans Punggye-ri, où le régime a travaillé sur l’entretien des installations depuis son essai nucléaire de troisième génération en février», aurait déclaré au quotidien sud-coréen le haut fonctionnaire du gouvernement de Séoul. «Les activités semblent être similaires à ceux d’avant le troisième essai, alors, nous suivons de près le site.»

«Nous avons également été avertis que Pyongyang allait bientôt procéder à un test nucléaire supplémentaire», a indiqué le responsable, ajoutant: «Mais nous sommes à analyser l’information pour savoir s’il s’agit véritablement de la préparation d’un essai supplémentaire ou c’est juste pour faire pression sur Séoul et Washington» et précisant que cette activité sur le site de Punggye-ri était suivie depuis la semaine dernière.

Le JoongAng Ilbo rapporte aussi, s’appuyant cette fois sur une source militaire sud-coréenne, que Pyongyang semble également se préparer à lancer un missile d’une portée d’au moins 3 000 kilomètres (1 864 miles).

«Ils [les Nord-Coréens]ont déplacés et caché un missile à moyenne portée en utilisant une rampe de lancement mobile, à Wonsan, une ville à proximité de la mer de l’Est», aurait révélé ce responsable militaire sud-coréen au quotidien.

Le missile pourrait atteindre la Corée du Sud ou le Japon et même, en cas de charge légère, des cibles à 4 000 km, comme l’île de Guam dans le Pacifique, à 3 380 km de la Corée du Nord et où se trouvent 6 000 soldats américains. 

Par ailleurs, le chef de la sécurité nationale sud-coréenne, Kim Jang-soo, reconnaît qu’il y a une part de guerre psychologique dans les provocations de la Corée du Nord : «La Corée du Nord lance des messages qui font les manchettes tous les jours. Nous estimons que c’est pour influencer l’opinion publique de notre peuple et faire grimper inquiétude au sujet de la sécurité nationale, pour inciter l’administration [sud-coréenne]actuelle à adopter des politiques favorables à Pyongyang.»

Mais, guerre psychologique ou menaces réelles, Séoul se tient prêt.


Récapitulatif des récentes menaces nord-coréennes (Vidéo: Al-Qarra TV)

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.