Le Soudan devrait faire face à des accusations de crimes de guerre

0
(Photo: Archives/Mission des Nations unies au Soudan
(Photo: Archives/Mission des Nations unies au Soudan

Selon un groupe américain de défense des droits de l’Homme, le gouvernement soudanais aurait commis des crimes de guerre depuis la mi 2011 dans deux de ses États frontaliers avec son voisin du Soudan du Sud.

Enough Project dit que deux ans de rapports de témoins oculaires, de photos, de vidéos et d’images satellites présentent des preuves solides que le Soudan devrait être déférée à la Cour pénale internationale (CPI) et que l’ONU devrait ouvrir une commission d’enquête.

Incendie d'une maison dans le Kordofan du Sud (Photo: Satellite Sentinel Project)
Incendie d’une maison dans le Kordofan du Sud (Photo: Satellite Sentinel Project)

À l’aide des satellites DigitalGlobe, Enough Project a notamment pu compiler des données sur un incendie délibéré de près de 300 miles carrés (756 kilomètres carrés) de fermes, de vergers et de prairies de pâturage pour le bétail, et la destruction délibérée de 42 villages dans les États du Kordofan du Sud et du Nil Bleu.

Dirigeant du Soudan, Omar el-Béchir, est déjà accusé par la CPI de génocide, de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité pour des violences perpétrées dans la région occidentale soudanaise du Darfour. Il n’a jamais été arrêté en dépit de voyages vers d’autres pays africains et la Chine. 

Jonathan Hutson, porte-parole du Enough Project, dit qu’il ne faut pas renoncer à cette poursuite en justice.

«La justice exige que la communauté internationale enquête sur des preuves d’atrocités en cours par le régime de Khartoum contre son propre peuple. Pensez au chef de guerre congolais Bosco Ntaganda, également inculpé ans pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Beaucoup ont cru qu’il ne serait jamais traduit en justice. Le mois dernier, il s’est rendu, il est maintenant à La Haye, et fait face à ces accusations», a déclaré Hutson.

Libération de détenus politiques

Dans le même temps, les autorités soudanaises ont libéré mardi six détenus politiques, au lendemain d’une amnistie annoncée par le président soudanais Omar el-Béchir.

Les six détenus ont été vus en train de quitter la prison de Kober à Khartoum. La veille, M. Béchir a annoncé sa décision de libérer tous les prisonniers politiques dans le pays, dans un contexte de baisse des tensions après de récents accords avec le Soudan du Sud.

Lire le rapport d’Enough Project (PDF en anglais) >>

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

Les commentaires sont fermés.