Le suspect en fuite des attentats de Boston arrêté

0
Le suspect numéro 1 des attentats de Boston, Dzokar Tasarnaev, 19 ans (Photo : FBI)
Le suspect numéro 1 des attentats de Boston, Dzokar Tasarnaev, 19 ans (Photo : FBI)

Le suspect en fuite des attentats de Boston, le jeune Djokar Tsarnaev, 19 ans, a été arrêté ce vendredi soir à 20h45 après une chasse à l’homme au cours de laquelle son frère aîné, lui aussi recherché par la police pour les attentats de lundi, et un policier de Boston ont perdu la vie.

Mise à jour du 20/04/13 à 9h40

Pour tirer le maximum d’informations du jeune tchétchène , le FBI pourrait invoquer «l’exception de sécurité publique» pour l’interroger, rapporte  le New York Times.

Cette mesure signifie que le Djokhar Tsarnaev ne bénéficierait pas des droits dits Miranda, qui prévoient qu’un prévenu a le droit de garder le silence et  d’être assisté d’un avocat pendant les interrogatoires.

«Maintenant que le suspect est détenu, la dernière chose que nous voulons est qu’il garde le silence. Il est absolument vital qu’il soit interrogé afin d’en tirer des renseignements», ont déclaré pour leur part dans un communiqué les sénateurs républicains John McCain et Lindsay Graham.

Le jeune homme d’origine tchétchène a obtenu la nationalité américaine l’an passé, mais les deux influents sénateurs demandent néanmoins pour Djokar Tsarnaev le statut d’«ennemi combattant», comme celui des détenus de Guantanamo.

Le jeune homme, qui se terrait dans un  bateau entreposé dans le jardin d’une maison de Watertown, est pour l’instant toujours hospitalisé et n’a pas pu être interrogé.

Le suspect, dans un état sérieux après plusieurs jours de traque et sa capture, ce soir, a été conduit à l’hôpital après son arrestation et on ne s’attend pas à pouvoir l’interroger ce soir.

Vendredi soir, l’ordre avait été donné à la population de rester enfermée chez elle, avait été levé. Mais le gouverneur Deval Patrick a recommandé aux Bostoniens de rester extrêmement vigilants et l’ordre de rester chez soi avait par la suite été renouvelé.

Tous les transports en commun avaient été arrêtés, magasins et écoles fermées, tout survol d’avion interdit. Les trains ne circulaient pas entre New York et Boston.

Durant leur fuite, dans la nuit de jeudi à vendredi, les deux frères avaient lancé plusieurs engins explosifs en direction de la police. Ils avaient également tué un policier de 26 ans dans sa voiture, sur le campus du MIT à Cambridge, entre Boston et Watertown.

L’aîné des deux frères d’origine tchétchène, Tamerlan Tsarnaev, 26 ans, avait été tué dans la nuit, après une course poursuite avec la police à Watertown, durant laquelle quelque 200 coups de feu ont été échangés, mais on craignait que le suspect encore en fuite, et qui vient enfin d’être arrêté, n’ait encore des explosifs en sa possession.

Vendredi, en début de soirée des échanges de coups de feu ont été entendus dans la ville de Watertown où le suspect de l’attentat de Boston avait été localisé par la police et,finalement, à 20h45, le dernier suspect était arrêté.

À la conférence de presse ce soir à Boston, après l’arrestation du suspect, les premiers mots de la police de Boston ont été pour les victimes, Martin Richard, Lingzi Lu et Krystle Campbell, qui ont péri lundi lors des explosions, and un jeune policier de 26 ans, tué sur le campus du MIT par les suspects dans la nuit de jeudi à vendredi.

Prenant à son tour la parole lors de la conférence de presse, le gouverneur du Massachusetts, Deval Patrick a tenu à remercier aussi les citoyens de Boston pour leur courage et leur patience et, tout particulièrement, ceux et celles qui ont contribué à l’enquête et à l’identification des suspects en partageant avec les autorités les images, photos et vidéos qu’ils avaient pu prendre sur les lieux du drame lundi, alors qu’ils assistaient au Marathon.

Intervenant à son tour, la procureure fédérale Carmen Ortiz a exprimé sa gratitude et son soulagement après l’arrestation du dernier suspect qui était encore en fuite et a demandé à ce qu’on n’oublie pas les victimes. Elle a tenu a souligné que, si pour les autres intervenants l’affaire se terminait, pour elle l’affaire continuait et qu’elle allait devoir étudier tous les éléments de preuves que lui amènerait l’enquête qui se poursuit.

L’arrestation ce soir du jeune Djokar clôt un chapitre de l’histoire de ces attentats qui ont fait 3 morts et 180 blessés quand, lundi, deux bombes ont explosé à 100 mètres de distance, et 12 secondes d’intervalle, près de la ligne d’arrivée du Marathon de Boston, où des dizaines de milliers de personnes étaient massées.

Obama: encore plusieurs questions

Intervenant depuis la Maison-Blanche quelques minutes après la conférence de presse à Boston, le président Barack Obama a salué pour sa part le travail des forces de l’ordre, tout en notant qu’il restait encore «beaucoup de questions sans réponse» dans cette affaire.

«Ce soir, grâce aux efforts déterminés (des forces de l’ordre), nous avons refermé un chapitre important de cette tragédie», a déclaré le président américain.

«Évidemment ce soir, il y a encore beaucoup de questions sans réponse»,a-t-il poursuivi, «parmi celles-ci, pourquoi de jeunes hommes ayant grandi et étudiés ici, au sein de nos villes et de notre pays, ont eu recours à une telle violence?»,

«Comment ont-ils planifié et exécuté ces attentats? Et ont-ils reçu une aide quelconque? Les familles de ceux qui ont été tués de façon insensée méritent des réponse. Les blessés, dont certains vont devoir désormais apprendre à nouveau à se tenir debout et à marcher méritent des réponses», a ajouté le président, qui a promis, comme l’avait fait avant lui la procureure fédérale Carmen Ortiz, à Boston, une enquête fouillée des autorités fédérales.

Le président a aussi adressé une mise en garde à ceux et celles qui seraient tentés de stigmatiser les membres de la communauté tchétchène, appelant à la prudence et à la tolérance, et à ne pas «établir de conclusions hâtives» dans cette affaire, «surtout pas sur des groupes entiers de personnes».

À lire aussi:

Les deux suspects des attentats de Boston seraient deux jeunes terroristes tchétchènes >>

Attentats de Boston: le FBI publie les photos et une vidéo des deux suspects >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.