Les États-Unis envoient une douzaine d’avions de guerre F-18 aux Philippines

1

Sur fonds de de tensions croissantes dans la région Asie-Pacifique, Washington va déployer cette semaine une douzaine d’avions de chasse F/A-18 aux Philippines pour prendre part à l’exercices militaire annuel Balikatan qui se déroulera du 5 au 17 avril.

La situation n’est pas sans rappeler les exercices annuels Key Resolve et Foal Eagle avec la Corée du Sud : bien que ces exercices ne soient pas une surprise puisqu’ils sont menés tous les ans, c’est la première fois que les États-Unis y envoient autant d’appareils, tant dans le cas des Philippines, que de la Corée du Sud.

La présence des avions de guerre américains n’est toutefois pas liés aux tensions causées par les menaces nord-coréennes, a déclaré un porte-parole sur la péninsule coréenne, un porte-parole de l’armée philippine : «Ces exercices ont été planifiés il y a plus d’un an, bien en avance sur ce qui se passe actuellement dans la région», a déclaré à ce sujet le major Emmanuel Garcia.

Il reste tout de même que, en plus d’envoyer des forteresses volantes B-52, des bombardiers furtifs B-2 , des avions de chasse F-22 Raptors participer aux l’exercice américano-sud-coréen Foal Eagle, et, maintenant, des chasseurs F/A-18 en grand nombre participer à des exercices conjoints avec les Philippines, les États-Unis ont renforcé leurs capacités militaires à une cadence accéléré.

Les États-Unis envoient aussi un système de défense antimissile terrestre pour protéger les îles du Pacifique de Guam, où il dispose d’une importante base militaire, après que la Corée du Nord eut menacé de lancer des attaques nucléaires contre le continent nord-américain.
La US Navy avait également déployé auparavant deux contre-torpilleurs lance-missile près des côtes nord-coréennes.

Balikatan 2013

L’exercice Balikatan, qui signifie en Tagalog «épaules contre épaules», débutera donc vendredi 5 avril alors que 8 000 soldats américains et philippins participeront à des scénarios de batailles et des simulations de réponses aux catastrophes.

Dans un communiqué, les Forces armées des Philippines précise que 30 avions et trois navires américains et philippins déployés pour appuyer les exercices conjoints.

De ces 30 appareils, 20 proviendront de la US Air Force , dont 14 sont déjà arrivés à la base aérienne de Clark, à Pampanga, lundi dernier, tandis l’arrivée des autres appareils s’échelonnera jusqu’au 3 avril.

Ces jeux de guerre ont pour but de tester la défense des deux alliés que sont les États-Unis et les Philippines, que lie un «Pacte de défense mutuelle».
Les Philippines constituent un maillon important dans la chaîne d’alliances de sécurité des États-Unis dans la région Asie-Pacifique, où Washington a de semblables ententes de défense mutuelle avec la Corée du Sud, le Japon, Singapour et l’Australie.

«Il y aura des exercices sur la façon dont les militaires des deux pays répondraient à un typhon dévastateur et à une collision majeure entre deux navires en haute mer», a précisé le porte-parole militaire philippin, ajoutant que Garcia, «l’aspect combat mettrait en valeur la capacité multi-rôles de la US Navy.»

Les Philippines avaient perdu leurs capacités de combat aérien il y a une dizaine d’années après avoir abandonnée de chasseurs F-5A/B, qui datait de l’époque de la guerre du Viet-Nam.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

DiscussionUn commentaire

Répondre