Les États-Unis se disent «vraiment inquiets» de la direction prise par l’Égypte

0
Le secrétaire d'État américain John Kerry s'inquiète de la situation politique, économique et des droits de l'homme en Égypte. (Photo: Archives/AFP)
Le secrétaire d’État américain John Kerry s’inquiète de la situation politique, économique et des droits de l’homme en Égypte. (Photo: Archives/AFP)

Les États-Unis sont «réellement inquiets» de la situation politique, économique et des droits de l’homme en Égypte, a déclaré mardi le secrétaire d’État John Kerry, un mois après une visite au Caire où il avait débloqué une aide de 250 millions $.

«Pour l’Égypte, nous partageons une vraie inquiétude au sein de l’administration Obama quant à la direction que prend apparemment l’Égypte», a déclaré M. Kerry lors d’une conférence de presse aux côtés de son homologue sud-coréen Yun Byung-se.

«Nous espérons qu’il soit encore temps de changer de direction. Mais les dernières arrestations, la violence dans les rues, le fait que l’opposition n’est pas incluse (dans le processus politique), toute cela est une source de préoccupation», a insisté le secrétaire d’État.

Son ministère avait dénoncé lundi les restrictions de plus en plus fortes à la liberté d’expression dans ce pays, à la lumière du cas d’un humoriste égyptien poursuivi pour avoir insulté l’islam et le président islamiste Mohamed Morsi.

M. Kerry s’était rendu au Caire le 2 mars: il y avait exhorté M. Morsi et l’opposition à redoubler leurs efforts pour rétablir la stabilité politique et remédier à la profonde crise économique, tout en apportant 250 millions $ d’assistance. Il avait également poussé Le Caire à trouver un accord avec le Fonds monétaire international (FMI) à propos d’un prêt de 4,8 milliards $.

«Nous avons travaillé très, très dur ces dernières semaines pour tenter de rapprocher le gouvernement égyptien de l’opposition, pour sceller un accord avec le FMI, pour parvenir à un règlement qui permette à l’Égypte de commencer à transformer son économie et améliore la vie de ses citoyens», a rappelé M. Kerry.

Allié pendant 30 ans au régime de Hosni Moubarak, Washington marche sur des œufs avec «la nouvelle Égypte», M. Obama semblant privilégier sa relation avec le président égyptien. Pour les Américains, le dilemme est de soutenir les aspirations démocratiques des Égyptiens sans fâcher l’un de ses principaux alliés régionaux, lié à Israël par un traité de paix.

Les commentaires sont fermés.