Libye: le ministère des Affaires étrangères bloqué par des hommes armés

1
En 2011, des Libyens manifestaient à la mort du dicateur Mouamar Khadafi (Photo: Archives/WikiCreativeCommons)
En 2011, des Libyens manifestaient à la mort du dictateur Mouammar Khadafi (Photo: Archives/Wikimedia Commons)

Dimanche 28 avril, cinq jours après l’attentat contre l’ambassade de France à Tripoli, plusieurs ministères, ainsi que le siège de la télévision nationale libyenne, ont été cernés ou victimes d’actes de sabotage par des hommes armés.

Le ministère de l’intérieur et le siège de la télévision libyenne ont finalement pu être dégagés, mais le ministère des affaires étrangères reste encerclé par des miliciens qui réclament l’adoption rapide d’une loi qui exclurait les anciens responsables ayant servi sous Mouammar Kadhafi des postes de haut rang dans la nouvelle administration.

Les hommes armés qui encerclent le ministère des affaires étrangères réclament tout particulièrement «l’épuration du ministère» des responsables et ambassadeurs ayant servi l’ancien régime.

Une loi sur l’exclusion politique est d’ailleurs actuellement à l’étude Congrès général national (CGN), la plus haute autorité politique de Libye.

Récemment encore, le Congrès général national libyen avaient été encerclé durant plusieurs heures par des manifestants qui réclamant l’adoption rapide de la loi et, à cette occasion, le cortège du président du Congrès, Mohamed al-Megaryef, avait été la cible de tirs, qui n’ont toutefois pas fait de victime.

Par ailleurs, le quotidien britannique The Guardian rapportait pour sa part dans son édition de dimanche que «des groupes djihadistes expulsés de Tombouctou se sont déplacés vers le nord, traversant le Sahara à travers l’Algérie et le Niger pour se rendre en Libye»


Le ministère libyen des Affaires étrangères encerclé (Vidéo: Euronews)

À lire aussi:

Libye: attentat contre l’ambassade de France à Tripoli, deux gardes blessés >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.